On sait maintenant pourquoi l'excès d'alcool augmente le risque d'Alzheimer

Par Marie-Céline Ray Publié le 08/06/2018 Mis à jour le 08/06/2018
Article

L’alcool empêcherait le cerveau de se débarrasser des protéines amyloïdes qui sont responsables des plaques caractéristiques d'Alzheimer dans le cerveau.

La maladie d’Alzheimer se caractérise par la présence de plaques amyloïdes, des amas protéiques qui gênent la transmission des messages nerveux. Les personnes qui consomment beaucoup d’alcool ont plus de risque de développer cette maladie. Des études suggèrent que la consommation d’alcool agirait sur l’inflammation du cerveau, mais selon une nouvelle étude, l'alcool pourrait altérer les mécanismes de protection du cerveau.

Pour en savoir plus sur cette maladie, lisez notre dossier complet Alzheimer

Ce que montre l’étude

Dans un article paru dans Journal of Neuroinflammation, des chercheurs de l’université de l’Illinois ont identifié une voie par laquelle l’alcool altère des mécanismes protecteurs pour le cerveau. Ils ont utilisé des cellules microgliales de rat, c'est-à-dire des cellules immunitaires présentes dans le cerveau, qui sont capables de « manger » par phagocytose la protéine amyloïde qui forme des plaques dans la maladie d’Alzheimer. 

Pendant 24h, les chercheurs ont exposé les cellules microgliales à de l’alcool, à des cytokines (des molécules pro-inflammatoires) ou les deux. Ils ont observé que l’alcool modifiait l’expression de 312 gènes, les cytokines de 3082 gènes et les deux ensemble 3552 gènes. Douglas Feinstein, un des auteurs de l’étude, explique que parmi ces gènes dont l’expression était altérée ,«  beaucoup étaient impliqués dans la phagocytose. »

Quand les scientifiques ont exposé les cellules à des niveaux d’alcool correspondant à une consommation excessive, la capacité des cellules microgliales à éliminer le peptide bêta-amyloïde diminuait de 15 % en seulement une heure. Le chercheur en conclut : « l'alcool empêche la microglie de maintenir le cerveau à l'abri de la bêta-amyloïde et peut ainsi contribuer au développement de la maladie d'Alzheimer. »

En d'autres termes, l’alcool gênerait la phagocytose réalisée par les cellules microgliales, ce qui augmenterait le risque de neurodégénérescence des neurones.

En pratique

Une consommation excessive d’alcool favorise la maladie d’Alzheimer, mais un peu d’alcool peut aussi être bon pour le cerveau. Si, chaque jour, il est recommandé de boire 1,5 L à 2 L d’eau,  un verre de vin par jour pour les femmes et deux verres de vin par jour pour les hommes sont admis dans le cadre d’une alimentation équilibrée, comme le régime méditerranéen. Préférez alors le vin rouge, qui contient plus de polyphénols et de préférence issu de l’agriculture biologique.

Dans La fin d’Alzheimer, le Dr Bredesen conseille une alimentation protectrice avec un régime pauvre en glucides, de préférence sans gluten, sans produits ultra-transformés et basé majoritairement sur les végétaux. 

Prenez soin de votre cerveau en lisant : La fin d’Alzheimer et Le régime cétogène contre la maladie d'Alzheimer

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top