Covid-19: des symptômes persistants des mois après l'infection

Par Marie-Céline Ray - Journaliste scientifique Publié le 11/12/2020 Mis à jour le 12/01/2021
Actualité

Différentes études dans le monde décrivent les symptômes de patients souffrant de "Covid long".

Pourquoi c’est important

À la date du 12 janvier 2021, plus de 2,7 millions de personnes en France ont été testées positives au coronavirus SARS-CoV-2. Dans la plupart des cas, la maladie Covid-19 n’engendre pas de complications. Mais il existe une grande variabilité dans la durée de la maladie, et des symptômes peuvent toujours être présents des semaines après l’infection. De plus en plus d’études dans le monde décrivent ces formes de Covid long.

Quelles sont les symptômes observés pour cette maladie encore méconnue ?

En Chine

Une étude parue dans The Lancet décrit les symptômes de 1 733 personnes hospitalisés pour cause de Covid en Chine, à Wuhan, et qui sont sortis de l’hôpital entre janvier et mai 2020. L’âge médian des patients était de 57 ans et 52 % étaient des hommes. Le suivi a duré environ six mois.

76 % des personnes suivies souffraient toujours d’au moins un symptôme six mois après le début de l’infection. Les symptômes les plus fréquents étaient :

  • de la fatigue et une faiblesse musculaire (63 %),
  • des problèmes de sommeil (26 %),
  • de l’anxiété ou de la dépression (23 %),
  • des pertes de cheveux (22 %),
  • une altération de l’odorat (11 %),
  • des palla-communautetions (9 %),
  • des douleurs articulaires (9 %)…

Les patients qui étaient le plus gravement malades à l’hôpital présentaient plus d’altérations de leurs capacités pulmonaires et de risques de fatigue, de faiblesse musculaire, d’anxiété ou de dépression. Les patients sévèrement atteints réussissaient moins bien un test de marche. Les femmes et les personnes sévèrement touchées par la maladie avaient plus de risques de problèmes psychologiques.

Ces résultats sont cohérents avec ce qui a été observé lors de l’épidémie de SRAS (causée par un autre coronavirus). 40 % des survivants du SRAS souffraient de fatigue chronique, en moyenne 41 mois après l’infection. Une étude canadienne avait trouvé que 33 % des survivants avaient une altération de leur santé mentale un an après leur infection. Les femmes qui ont survécu au SRAS avaient elles aussi plus de stress et des niveaux plus élevés de dépression et d’anxiété.

En Suisse

Dans une étude parue dans la revue Annals of Internal Medicine, des chercheurs de l’université et de l’hôpital universitaire de Genève ont suivi 669 patients du canton de Genève positifs au coronavirus. Les participants étaient majoritairement des femmes (60 %), leur moyenne d’âge était de 42,8 ans et 25 % d’entre eux travaillaient dans le domaine de la santé. Les deux tiers ne présentaient pas de facteurs de risque particuliers susceptibles d’engendrer une forme grave de la maladie.

40 personnes ont été hospitalisés. Elles étaient significativement plus âgées (53 ans en moyenne), c’était majoritairement des hommes (55 %) et 62,5 % présentaient des facteurs de risque.

Lire : COVID-19 : les hommes ont plus de risque d'en mourir que les femmes

En Suisse, depuis mars 2020, il existe un dispositif de suivi des patients appelé COVICARE qui suit à distance les malades. Ce dispositif a permis aux médecins d’étudier l’évolution de la maladie chez les patients.

Les résultats de cette étude montrent que, six semaines après le diagnostic, 33 % des patients avaient toujours des symptômes. Par exemple : de la fatigue (14 %), une perte d’odorat ou de goût (12 %), de l’essoufflement (9 %), une toux persistante (6 %) ou des maux de tête (3 %).

Mayssam Nehme, cheffe de clinique et auteure de ces travaux, explique : « Outre la pénibilité physique de leurs symptômes, beaucoup étaient très inquiets de savoir combien de temps allaient durer leurs symptômes. Certaines séquelles demeurent d’ailleurs sans réponse médicale claire. »

Ces résultats suggèrent l’existence d’une forme persistante de la maladie. La connaissance des symptômes persistants permettra une meilleure prise en charge des patients COVID dans le temps. Ainsi, il n'est pas rare que des personnes sans facteurs de risques particuliers soient toujours fatiguées plus d'un mois après avoir contracté le virus. L'étude se poursuit afin d’obtenir des résultats 12 mois après l’infection par le SARS-CoV-2.

En France

Une petite étude a été réalisée par les hôpitaux de Paris et est parue dans Journal of Infection. 70 patients infectés par le SARS-CoV-2, dont 78,6 % de femmes (âge médian : 45 ans) présentaient encore des symptômes deux mois après leur épisode de COVID.

Les symptômes les plus fréquents étaient :

  • de la fatigue (72,9 %),
  • des problèmes neurologiques (77,1 %) : des problèmes de mémoire, d’humeur, d’attention, d’équilibre, maux de tête…
  • des symptômes cardiothoraciques (71,4 %), douleurs à la poitrine, palla-communautetions…
  • des problèmes sur les sens du goût et de l’odorat (30 %)…
  • des douleurs articulaires ou musculaires (25,7 %)…

L’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris a lancé un programme de recherche sur le COVID long. Les patients sont invités à s’inscrire pour faire part de leur vécu avec la maladie sur le site https://compare.aphp.fr/

D’après le site, « jusqu’à 10% des patients ayant eu une infection confirmée par PCR continuent d’avoir des symptômes 3 semaines après ». L’objectif de cette étude est d’identifier les manifestations du COVID long et de comprendre leur impact sur la vie sociale et professionnelle des patients, ainsi que sur leur moral.

En pratique

En France, après la « deuxième vague » de COVID-19, nous risquons de connaître une « troisième vague » début 2021. Pour éviter la maladie, il est conseillé de respecter les gestes barrière, d’aérer fréquemment les pièces mais aussi de soigner son « terrain » : manger sainement, perdre du poids si besoin, se complémenter en vitamines et minéraux (penser à la vitamine D !).

Pour aller plus loin : Arrêtons de saboter notre immunité

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top