Index et charge glycémiques : un lien avec la dépression ?

Par Julien Hernandez Publié le 02/08/2018 Mis à jour le 02/08/2018
Actualité

Une alimentation à index/charge glycémique élevé(e) pourrait augmenter le risque de dépression ou aggraver cette dernière, selon une récente étude. 

Pourquoi c’est important

La dépression est la maladie psychologique la plus fréquente dans le monde. Elle touche environ 3 millions de personnes en France. Sa gravité est variable et, souvent, elle profite du manque de soleil et du froid pour sévir. Néanmoins, en plus des facteurs environnementaux, le mode de vie joue un rôle clef dans le développement de la dépression : isolement social, sédentarité… et mauvaise alimentation. Concernant cette dernière, la qualité des glucides que l’on ingère pourrait s’avérer importante contre la dépression.

L’étude 

Une récente revue systématique parue dans European Journal of Nutrition fait la lumière sur les liens entre index glycémique, charge glycémique et dépression. Les chercheurs ont rassemblé des données provenant de plusieurs types d’études (transversales, cohortes, essais cliniques randomisés), les ont analysées avec divers outils statistiques, et ont obtenu les résultats suivants : 

  • Concernant 5 études transversales (101 413 participants), aucun lien significatif entre alimentation à index glycémique élevé et dépression n’a été trouvé (faible force d’évidence). Un risque réduit de 7 % a même été observé entre alimentation à charge glycémique élevée et dépression (force d’évidence modérée).
  • Concernant les 2 études de cohorte (85 500 participants), une alimentation à index glycémique élevé augmente de 13 % le risque de dépression (faible force d’évidence). 
  • Concernant les 2 essais cliniques (124 patients), les participants obtenaient des scores de dépression supérieur de 66 % en moyenne après avoir suivi une alimentation à charge glycémique élevée (force d’évidence modérée).

Pour parvenir à une conclusion définitive, les scientifiques affirment qu’il faudra des études supplémentaires car les résultats divergent trop.

En pratique

Si l’on ne sait pas encore si l’index et la charge glycémique ont un impact sur le risque de dépression, on dispose en revanche de beaucoup de données attestant de l’effet bénéfique du régime méditerranéen (qui est une alimentation à faible index/charge glycémique) en prévention et en traitement de la dépression. 

Pour prévenir un éventuel risque de dépression vous pouvez suivre un mode de vie méditerranéen et prendre un complément de vitamine D d’octobre à mars ou à l’année (si vous vivez au-dessus de Lyon).

Si vous suivez des patients dépressifs, vous pouvez envisager, en plus de la thérapie classique, de leur suggérer des adaptations alimentaires. 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top