Les probiotiques peuvent-ils soigner la dépression ?

Par Juliette Pouyat Publié le 09/03/2015 Mis à jour le 04/06/2018
Actualité

Plusieurs études suggèrent qu'une supplémentation en probiotiques serait bénéfique pour l'équilibre de l'humeur, la dépression et les troubles bipolaires.

Pourquoi c'est important

Notre intestin est colonisé par 400 espèces de bactéries différentes qui constituent notre microbiote intestinal. D’après la définition, les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont consommés en quantités adéquates, produisent un bénéfice pour la santé de l’hôte, notamment en rééquilibrant le microbiote intestinal. Celui-ci joue un rôle important dans la digestion, l’immunité et l’inflammation. Plusieurs études ont suggéré que le microbiote intestinal avait un impact sur les fonctions cérébrales et le comportement. La communication entre microbiote et cerveau n’est pas complètement élucidée mais passerait par des voies neuronales, immunitaires et métaboliques. C'est notamment en agissant sur la régulation du métabolisme du tryptophane que le microbiote intestinal pourrait influencer les symptômes dépressifs. Les bactéries bénéfiques impactent indirectement la disponibilité du tryptophane et la synthèse de la sérotonine (le messager chimique de la bonne humeur) en diminuant l'activité des enzymes responsables de la dégradation du tryptophane.

Le concept d’axe intestin-cerveau a été vérifié dans plusieurs études sur les animaux. La modulation du microbiote intestinal par une supplémentation en probiotiques pourrait constituer un nouvel axe thérapeutique dans le traitement ou la prévention des troubles de l’humeur, de l’anxiété ou de la dépression. Les probiotiques qui apportent un bénéfice pour la santé de personnes souffrant de troubles mentaux sont appelés « psychobiotiques ».

Les études

Des études menées ont montré que des souris auxquelles on avait supprimé les bonnes bactéries de l’estomac étaient devenues anxieuses et déprimées. Une supplémentation en probiotiques avait permis d’améliorer leur humeur. Cela montre la capacité des bactéries probiotiques à changer la chimie du cerveau. 

Chez l’homme, peu d'essais ont été menés pour évaluer l’influence des probiotiques sur la chimie du cerveau et la santé mentale et ils ont été majoritairement réalisés chez des personnes sans trouble de l'humeur. Dans une étude parue dans la revue Clinical Nutrition, 81 patients souffrant de dépression ont reçu soit une supplémentation en probiotiques, soit une supplémentation en prébiotiques, soit un placebo pendant 8 semaines. Les résultats montrent qu’après 8 semaines de supplémentation, les patients qui ont pris des probiotiques ont diminué leur symptômes dépressifs. Par contre, ceux qui ont pris les prébiotiques n'ont pas vu d'amélioration significative par rapport au placebo.

Les chercheurs ont également remarqué que la supplémentation en probiotiques diminue le ratio tryptophane/kynurénines, ce qui pourrait expliquer leur effet bénéfique sur la dépression. En effet, le tryptophane est soit utilisé pour la synthèse protéique et la synthèse de sérotonine, soit dégradé en plusieurs métabolites appelés les kynurénines. Moins le tryptophane est dégradé en kynurénines, plus il est disponible pour la synthèse de sérotonine. 

Dans une autre étude du Women’s College Hospital, des chercheurs ont lancé un essai clinique contrôlé randomisé de 8 semaines avec 50 participants sur des personnes ayant déjà reçu un diagnostic de dépression ou de troubles bipolaires. Certains ont reçu un médicament pour stabiliser l’humeur et un placebo et les autres le même médicament et une supplémentation de probiotiques. Le but est d’évaluer l’effet des probiotiques sur l’efficacité du médicament. Les résultats devraient être connus d'ici la fin de l'année 2018.

De plus, les probiotiques sont capables de réduire l’inflammation dans l’organisme. Or, les symptômes de la dépression sont associés à une inflammation au niveau du cerveau. Les probiotiques, en plus d’agir sur le microbiote intestinal, pourraient donc aider à réduire cette inflammation.

En pratique

Les probiotiques les plus courants sont des bactéries lactiques : des lactobacilles (du genre Lactobacillus) et des bifidobactéries (du genre Bifidus). Toutes les souches de probiotiques ne sont pas efficaces pour améliorer la santé mentale. Une supplémentation de Lactobacillus Helveticus et de Bifidobacterium Longum pris en combinaison permettrait d'améliorer certains paramètres psychologiques.

Il est également possible de consommer plus souvent des aliments fermentés tels que boissons alcoolisées (vin, bière…), vinaigre, fromages, soja, pain, choucroute. La fermentation modifie les aliments et les molécules présentes dans les produits fermentés agissent sur le microbiote intestinal, ce qui permettrait de diminuer stress et dépression

Pour savoir comment utiliser les probiotiques contre la dépression, lire Le nouveau guide des probiotiques

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top