Les traitements naturels des calculs rénaux

Par Juliette Pouyat Publié le 26/03/2018 Mis à jour le 26/03/2018
Conseils

Pour prévenir les calculs rénaux ou leur récidive, on peut recourir à certains compléments alimentaires qui ont fait leurs preuves pour inhiber leur formation ou les dissoudre. Voici ceux à privilégier et les doses efficaces.

Les calculs rénaux sont des cristaux durs, le plus souvent composés d’oxalate de calcium, qui se forment dans les reins et qui peuvent entraîner de vives douleurs au niveau des reins mais aussi dans tout l’appareil urinaire (vessie, urètre ou uretères). Dans la plupart des cas, les calculs rénaux sont évacués naturellement par les voies urinaires en buvant beaucoup et en prenant un traitement médicamenteux à base d’anti-douleur et antispasmodique. Parfois, une intervention chirurgicale est nécessaire. 

Lire : Les symptômes et le traitement des calculs rénaux

A côté des traitements « classiques », il existe des substances naturelles qui peuvent aider à traiter les calculs rénaux mais aussi prévenir leur récidive. LaNutrition.fr vous les présente en attirant votre attention sur le fait qu’il existe différents types de calculs rénaux – même s’ils sont le plus souvent composés d’oxalate de calcium – et que des traitements naturels peuvent être efficaces sur un type de calculs et par sur d’autres.  

Le magnésium et le potassium

Il semblerait que le magnésium soit capable de prévenir la formation de calculs rénaux par plusieurs mécanismes. D’abord le magnésium se lie à l’oxalate dans l’intestin et par conséquent diminue l’absorption de l’oxalate et donc sa concentration urinaire. Ensuite, le magnésium est en compétition avec les ions calcium pour former un complexe avec les ions oxalate. Il se forme alors de l’oxalate de magnésium, plus soluble que l’oxalate de calcium. De plus, des études expérimentales suggèrent que le magnésium pourrait ralentir le processus de cristallisation. Des chercheurs ont réalisé une méta-analyse de plusieurs études menées pour évaluer l’effet d’une supplémentation en magnésium (1). Leurs résultats suggèrent que le magnésium permet de réduire les facteurs de risques urinaires, notamment la concentration d’oxalate. L’effet de la supplémentation en magnésium est particulièrement bénéfique lorsqu’elle est administrée en combinaison avec le citrate de potassium.

En pratique

Les études menées ont majoritairement utilisé de l’oxyde de magnésium qui est généralement recommandé à des doses de 400 mg/ jour. Les citrates de potassium et magnésium sont également utilisés, avec une meilleure efficacité (normal, ils sont mieux absorbés par l’organisme). 

Lire aussi : 5 bénéfices du magnésium pour votre santé et Un extrait de Potassium, mode d'emploi

Le jus de citron 

Une étude montre que le jus de citron peut être une alternative au traitement par citrate de potassium pour soigner les calculs rénaux, notamment chez les personnes présentant une hypocitraturie, un facteur de risque de formation et de récidive de calculs rénaux (2). L’administration de jus de citron a permis de multiplier par 2,5 (contre 3,5 avec le citrate de potassium) la concentration urinaire de citrate qui se lie au calcium, inhibe la cristallisation et ainsi réduit la formation de calculs.

En pratique

Boire 85 ml de jus de citron frais chaque jour. 

La vitamine B6

Selon les résultats de la Nurses Health Study qui a été menée sur plus de 85 000 personnes, des apports élevés en vitamine B6 – qu’ils proviennent de l’alimentation ou d’une supplémentation – diminuent le risque de souffrir de calculs rénaux, notamment parce que la vitamine B6 pourrait diminuer l’excrétion urinaire d’oxalate (3). En effet, les femmes qui consomment le plus de vitamine B6 (plus de 40 mg par jour) ont 34% de risques en moins d’avoir des calculs rénaux que celles qui en prennent très peu (moins de 3 mg par jour). Cependant, une étude plus récente n’a pas trouvé d’effet bénéfique d’apports élevés en vitamine B6 sur le risque de calcul rénal (4). 

En pratique

Les preuves scientifiques manquent pour donner de réelles recommandations. La vitamine B6 est associée au magnésium dans les compléments alimentaires pour améliorer son absorption. Si vous prenez du magnésium, vous aurez de toute façon aussi de la B6.

L’acide phytique

L’inositol-hexaphosphate (IP-6) également appelé acide phytique réduit les niveaux urinaires de calcium et prévient la formation de calculs rénaux. L’IP-6 est naturellement présent dans les céréales et légumineuses. Il est souvent considéré comme antinutritionnel car il se lie aux minéraux empêchant leur absorption. Les études montrent que l’IP-6 agit comme un inhibiteur de la calcification des sels de calcium (5). 

En pratique

Privilégier les aliments qui contiennent de l’IP-6 : germes de céréales, son de blé, céréales complètes, haricots et soja. 

Les graines de courge

Les graines de courge consommées quotidiennement permettraient de réduire la formation de calculs rénaux par plusieurs mécanismes. Elles auraient en effet la capacité de diminuer la présence de cristaux d’oxalate de calcium et le niveau de calcium urinaire (6). Elles permettraient également d’augmenter le niveau de composés qui inhibent la formation de calculs rénaux (7).  

En pratique

Les graines peuvent être récupérées dans une courge et blanchies 5 minutes dans l’eau bouillante. Puis une fois séchées, elles peuvent être grillées au four ou à la poêle avec des épices ou du sel.  C’est parfait pour accompagner une salade ou pour un apéro. Les graines de courge peuvent également être consommées en collation. 

Lire aussi : Les atouts santé de la courge

Le Phyllanthus Niruri

La plante Phyllanthus Niruri appelée Chanca Piedra en espagnol a des feuilles, une tige et des racines qui contiennent des substances permettant de dissoudre les calculs rénaux. D’ailleurs Chanca Piedra signifie « casseur de pierre » et elle est utilisée depuis très longtemps par les peuples d’Amazonie pour traiter calculs biliaires et calculs rénaux. 
Les études montrent que Phyllanthus Niruri interfère dans les premières étapes d’agrégation et de croissance du cristal d’oxalate de calcium (8). Les essais cliniques sont peu nombreux mais ont donné des résultats plutôt encourageants (9). Une étude préclinique menée sur des rats a montré que l’administration orale d’un extrait de Phyllanthus Niruri permettait d’inhiber la croissance des calculs rénaux (10). Une étude a également été menée chez 150 patients souffrant de calculs rénaux et ayant subi une lithotripsie extracorporelle par ondes de choc, une technique qui vise à fragmenter le calcul. 78 patients ont reçu ensuite un extrait de Phyllantus Niruri (2 g/jour) pendant 3 mois. Après 3 mois de traitement, la proportion de personnes n’ayant plus de calculs rénaux ou de fragments résiduels est 93,5% chez ceux ayant bénéficié de l’extrait de plante contre 83,3% dans le groupe de contrôle (11). 

En pratique

Phyllanthus Niruri peut être prise sous forme d’infusion ou de gélules à raison de 2 fois 400 mg par jour. 

La grenade 

La grenade est très riche en antioxydants. Elle a montré son intérêt pour éviter les complications en cas d’insuffisance rénale ou contre le cancer de la prostate.
Une étude mené sur 56 rats a montré que le jus de grenade administré pendant 10 jours a un effet protecteur sur les reins en réduisant le dépôt de cristaux dans les tubes rénaux (12). Le jus de grenade diminue le niveau d’acidité de l’urine ce qui diminue le risque de calculs rénaux.
Les composés phytochimiques présents dans la grenade sont aussi responsables de la relaxation musculaire dans les voies urinaires ce qui facilite le passage et l’élimination des calculs rénaux (13). 

En pratique

La consommer sous forme de fruit entier ou de jus de fruits frais. 

Lire aussi : Comment la grenade protège des maladies liées à l'âge

L’ortie

L’ortie, et notamment ses parties aériennes, permet de traiter ou de prévenir les calculs rénaux. Son usage dans cette indication est d’ailleurs reconnu par l’OMS. Une étude menée sur des rats a montré qu’un extrait d’ortie est capable de dissoudre les calculs rénaux d’oxalate de calcium vraisemblablement en raison de la présence de composés tels que des saponines, des flavonoïdes et des anthocyanes (14). 

En pratique

Prendre l’ortie sous forme d’infusion de feuilles séchées, 3 fois par jour ou sous forme de comprimés (300 à 700 mg, 3 fois par jour). 

Lire aussi : 7 plantes sauvages que nous devrions manger

Le persil

Le persil est une plante aromatique qui possède des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et diurétiques. Le persil et ses extraits ont été utilisés comme traitement alternatif dans différentes maladies rénales (15). Un extrait de persil a également permis de prévenir la précipitation d’oxalate de calcium notamment en diminuant l’excrétion urinaire du calcium et en augmentant le pH urinaire (16).

En pratique

Le persil peut être consommé sous forme d’infusion : 2 g de persil dans 100-150 ml d’eau bouillante, 3 fois par jour. Il existe aussi sous forme de compléments alimentaires. 

Le basilic

Le basilic contient des composés chimiques qui aident à stabiliser le niveau d’acide urique ce qui rend plus difficile la formation de calculs rénaux. De plus, l’acide acétique présente dans le basilic aide à dissoudre les calculs. 

En pratique

Utiliser des feuilles de basilic fraîches ou séchées pour en faire des infusions et boire plusieurs tasses par jour. Il est aussi possible d’incorporer du basilic frais dans un smoothie.

Lire aussi : Comment prévenir les calculs rénaux (abonnés)
 

Références

(1) Anoush Azarfar, Mohammad Esmaeili, Nayere Tousi, Mitra Naseri, Fatemeh Ghane, Yalda Ravanshad, Anahita Alizadeh. Evaluation of the effects of magnesium supplement in primary and secondary preventions of nephrolithiasis: a systematic review. Reviews in clinical medicine. Article 5, Volume 3, Issue 1, Winter 2016, Page 18-22.
(2) Aras B, Kalfazade N, Tuğcu V, Kemahli E, Ozbay B, Polat H, Taşçi AI. Can lemon juice be an alternative to potassium citrate in the treatment of urinary calcium stones in patients with hypocitraturia? A prospective randomized study. Urol Res. 2008 Dec;36(6):313-7. doi: 10.1007/s00240-008-0152-6. Epub 2008 Oct 23.
(3) Curhan GC, Willett WC, Speizer FE, Stampfer MJ. Intake of vitamins B6 and C and the risk of kidney stones in women. J Am Soc Nephrol. 1999 Apr;10(4):840-5.
(4) Ferraro PM, Taylor EN, Gambaro G, Curhan GC. Vitamin B6 intake and the risk of incident kidney stones. Urolithiasis. 2017 Jul 3. doi: 10.1007/s00240-017-0999-5. [Epub ahead of print]
(5) Grases F, Costa-Bauzá A. Phytate (IP6) is a powerful agent for preventing calcifications in biological fluids: usefulness in renal lithiasis treatment. Anticancer Res. 1999 Sep-Oct;19(5A):3717-22.
(6) Suphakarn VS, Yarnnon C, Ngunboonsri P. The effect of pumpkin seeds on oxalcrystalluria and urinary compositions of children in hyperendemic area. Am J Clin Nutr. 1987 Jan;45(1):115-21.
(7) Suphiphat V, Morjaroen N, Pukboonme I, Ngunboonsri P, Lowhnoo T, Dhanamitta S. The effect of pumpkin seeds snack on inhibitors and promoters of urolithiasis in Thai adolescents. J Med Assoc Thai. 1993 Sep;76(9):487-93.
(8) Barros ME, Schor N, Boim MA. Effects of an aqueous extract from Phyllantus niruri on calcium oxalate crystallization in vitro. Urol Res. 2003 Feb;30(6):374-9. Epub 2003 Jan 21.
(9) Boim MA, Heilberg IP, Schor N. Phyllanthus niruri as a promising alternative treatment for nephrolithiasis. Int Braz J Urol. 2010 Nov-Dec;36(6):657-64; discussion 664.
(10) Freitas AM, Schor N, Boim MA. The effect of Phyllanthus niruri on urinary inhibitors of calcium oxalate crystallization and other factors associated with renal stone formation. BJU Int. 2002 Jun;89(9):829-34.
(11) Micali S, Sighinolfi MC, Celia A, De Stefani S, Grande M, Cicero AF, Bianchi G. Can Phyllanthus niruri affect the efficacy of extracorporeal shock wave lithotripsy for renal stones? A randomized, prospective, long-term study. J Urol. 2006 Sep;176(3):1020-2.
(12) Tugcu V, Kemahli E, Ozbek E, Arinci YV, Uhri M, Erturkuner P, Metin G, Seckin I, Karaca C, Ipekoglu N, Altug T, Cekmen MB, Tasci AI. Protective effect of a potent antioxidant, pomegranate juice, in the kidney of rats with nephrolithiasis induced by ethylene glycol. J Endourol. 2008 Dec;22(12):2723-31. doi: 10.1089/end.2008.0357.
(13) Rathod NR, Biswas D, Chitme HR, Ratna S, Muchandi IS, Chandra R. Anti-urolithiatic effects of Punica granatum in male rats. J Ethnopharmacol. 2012 Mar 27;140(2):234-8. doi: 10.1016/j.jep.2012.01.003. Epub 2012 Jan 20.
(14) Zhang H, Li N, Li K, Li P. Protective effect of Urtica dioica methanol extract against experimentally induced urinary calculi in rats. Mol Med Rep. 2014 Dec;10(6):3157-62. doi: 10.3892/mmr.2014.2610. Epub 2014 Oct 8.
(15) Kreydiyyeh SI, Usta J. Diuretic effect and mechanism of action of parsley. J Ethnopharmacol. 2002 Mar;79(3):353-7.
(16) Al-Yousofy F, Gumaih H, Ibrahim H, Alasbahy A. Parsley! Mechanism as antiurolithiasis remedy. Am J Clin Exp Urol. 2017 Nov 9;5(3):55-62. eCollection 2017.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top