Les vertus santé du pomélo

Par Marie-Charlotte Rivet Bonjean Publié le 10/01/2018 Mis à jour le 10/01/2018
L'essentiel

Alcalinisant, riche en vitamines et minéraux, le pomélo a beaucoup d’atouts santé dans son sac. Les voici.

Le pomélo est, à juste titre, recommandé dans « l’alimentation minceur » : pour un volume appréciable, il n’apporte que peu de calories, et les variétés actuelles se consomment facilement sans sucre ajouté !

Il fournit un « apport de sécurité » de vitamine C, à tous les convives : il peut en effet se consommer à tout repas de la journée, au petit déjeuner comme aux repas principaux (et le jus est aussi riche en vitamine C que la pulpe). Il participe efficacement à l'apport en minéraux et oligo-éléments de l'alimentation, notamment par la fourniture de potassium, de calcium et de magnésium.

Sa saveur acidulée et légèrement amère stimule les sécrétions digestives, et justifie qu’on serve le pomélo le matin au petit déjeuner, ou encore en hors-d’œuvre.

Le pomélo, comme les autres fruits frais, peut contribuer au bon équilibre du milieu interne, grâce à ses propriétés alcalinisantes qui contrebalancent les effets acidifiants d'autres aliments tels que la viande, le poisson ou les céréales.

Contrairement à ce qu’on croit parfois, le pomélo n’est nullement décalcifiant : au contraire, sa vitamine C améliore la bonne utilisation par l’organisme du calcium alimentaire.

Des effets anti-inflammatoires

Les agrumes en général possèdent des propriétés anti-inflammatoires (1). Leurs flavonoïdes inhiberaient la synthèse ainsi que l’activité des médiateurs impliqués dans l’inflammation.

Des propriétés utiles contre l’arthrose et les maladies cardiovasculaires notamment.

Il prévient les maladies métaboliques

Deux pomélos par jour pourraient diminuer les taux de cholestérol et de triglycérides sanguins (2). La naringine, un de ses flavonoïdes, pourrait aussi aider contre le diabète. Injectée à des animaux diabétiques, elle a permis de réduire leur taux de glucose sanguin (3).

Une étude menée sur des personnes obèses a aussi révélé que la consommation quotidienne d’un demi-pomélo pendant 12 semaines entraînait une perte de poids de 1,6 kg plus importante que le groupe témoin qui n’en mangeait pas (4).

Lipides, glycémie, poids… le pomélo semble décidément intéressant contre les troubles métaboliques.

Il réduit le risque de cancer

Grâce à ses composés antioxydants (flavonoïdes, caroténoïdes et vitamine C), ce fruit (comme les autres agrumes) permet de prévenir les cancers de la bouche, du pharynx, de l’œsophage ainsi que de l’estomac, à raison de 1 à 4 portions par semaine (5), (6), (7), (8), (9).

Un bon nettoyant pour la peau
Comme tous les agrumes, le pomélo permet de nettoyer en profondeur les pores du visage. Pour avoir ou garder un teint éclatant, utilisez l’extrait de pépins de pamplemousse que vous trouverez facilement en pharmacie.

Références :

(1) Benavente-Garcia O, Castillo J. Update on uses and properties of citrus flavonoids: new findings in anticancer, cardiovascular, and anti-inflammatory activity. J Agric Food Chem 2008;56:6185-205.

(2) Gorinstein S, Caspi A, et al.Preventive effects of diets supplemented with sweetie fruits in hypercholesterolemic patients suffering from coronary artery disease. Prev Med 2004 June;38(6):841-7.

(3) Jung UJ, Lee MK, et al.The hypoglycemic effects of hesperidin and naringin are partly mediated by hepatic glucose-regulating enzymes in C57BL/KsJ-db/db mice. J Nutr 2004 October;134(10):2499-503.

(4) Fujioka K, Greenway F, et al. The effects of grapefruit on weight and insulin resistance: relationship to the metabolic syndrome. J Med Food 2006;9:49-54.

(5) Chainani-Wu N. Diet and oral, pharyngeal, and esophageal cancer. Nutr Cancer 2002;44(2):104-26.

(6) Kim HJ, Chang WK, et al.Dietary factors and gastric cancer in Korea: a case-control study. Int J Cancer2002 February 1;97(4):531-5.

(7) Tian Q, Miller EG, et al.Differential inhibition of human cancer cell proliferation by citrus limonoids. Nutr Cancer 2001;40(2):180-4.

(8) Bae JM, Lee EJ, Guyatt G. Citrus fruit intake and stomach cancer risk: a quantitative systematic review. Gastric Cancer 2008;11:23-32.

(9) Foschi R, Pelucchi C, Dal ML et al. Citrus fruit and cancer risk in a network of case-control studies. Cancer Causes Control 2010;21:237-42.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top