Perte du goût et de l’odorat après une Covid : qui est touché ? Quelle évolution ?

Par Didier Souccar Publié le 07/01/2021 Mis à jour le 07/01/2021
Actualité

C’est l’un des symptômes clés d’une infection par le nouveau coronavirus. Et on en sait un peu plus sur les patients qui en souffrent, et leur évolution.

Une étude publiée dans le Journal of Internal Medicine et conduite auprès de 2581 patients européens révèle que près de 86% des patients infectés par le coronavirus SARS-Cov-2, mais avec des symptômes légers, font état d’une perte du goût et de l'odorat, alors que c’est le cas seulement de 4 à 7% de ceux présentant des cas modérés à graves. La perte de goût et d’odorat semble donc surtout associée aux formes légères, un constat fait dans d’autres études ; elle est plus présente chez les personnes jeunes que les personnes âgées.

La raison pour laquelle la perte d'odeur et de goût est plus fréquente chez les personnes atteintes de formes plus douces de Covid-19 reste incertaine. Les auteurs de l'étude ont émis l'hypothèse que ces patients ont des niveaux plus élevés de certains anticorps qui pourraient limiter la propagation du coronavirus au nez.

Comment ces troubles évoluent-ils ?

Dans l’étude du Journal of Internal Medicine, les patients ont été suivis deux mois. Les chercheurs estiment que 75% à 85% d’entre eux ont recouvré leurs facultés, avec cependant des disparités : un tiers de ces patients pouvaient sentir à nouveau normalement au bout de deux semaines, alors qu’un autre tiers était toujours handicapé 45 jours après.

Dans certains cas, les patients rapportent un retour du goût et des odeurs, mais très différents des sensations d’avant la maladie, ce que les chercheurs interprètent comme une étape dans le processus de réparation.

Lorsque le goût et l’odeur ne reviennent pas, les conséquences peuvent être très pénibles. Des scientifiques britanniques ont analysé entre le 24 mars et le 30 septembre les commentaires de 9000 patients ayant rejoint un groupe de soutien Facebook mis en place par le groupe caritatif AbScent. Nombreux sont ceux qui disent avoir perdu le plaisir de manger, ce qui peut conduire à des troubles alimentaires ou nutritionnels. Beaucoup font état d’un retrait social. 

La perte d'odorat est ainsi un facteur de risque d'anxiété et de dépression.

Pourquoi la perte d’odorat et de goût ?

Certaines infections respiratoires entraînent une perte de goût ou d'odeur. Le phénomène a d’ailleurs été observé avec d’autres coronavirus dits « bénins », ceux qui sont à l’origine d’un rhume sur trois en hiver. Dans le cas de la covid, un processus inflammatoire est à l’œuvre, ou un dommage occasionné directement par le virus aux cellules olfactives, via le récepteur ACE2 auquel le virus s’ancre pour nous infecter. 

Existe-t-il des traitements ?

Les cellules de l’épithélium olfactif sont capables de se réparer, mais des études sont en cours pour savoir si ce processus peut être accéléré ou amélioré, ou simplement rendu possible. L’espoir porte notamment sur des acides gras oméga-3 à longues chaînes, du type de ceux qu’on trouve dans les huiles de poisson. Ces acides gras peuvent protéger les cellules nerveuses contre d'autres dommages ou favoriser la neurogénèse. Un oto-rhino-laryngologiste américain, le Dr Alfred Iloreta, (hôpital Mount Sinai, New York), a démarré un essai clinique pour voir si l'huile de poisson aide à restaurer l'odorat. 

À lire aussi : 3 protocoles contre la perte d’odorat (Abonné) 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top