Arthrose : un médicament pourrait aider à préserver le cartilage des articulations

Par Marie-Céline Ray - Journaliste scientifique Publié le 26/02/2021 Mis à jour le 01/03/2021
Actualité

Des chercheurs américains ont trouvé qu’un antidépresseur, la paroxétine, ralentit la dégénérescence du cartilage causée par l’arthrose.

Pourquoi c’est important

L’arthrose est une maladie articulaire fréquente qui entraîne la destruction du cartilage, des douleurs et des incapacités. Favorisée par l’âge, elle concerne la majorité des personnes âgées de plus de 65 ans. Le diabète, l’obésité, l’hérédité sont aussi des facteurs de risque.

Les médicaments prescrits contre l'arthrose traitent surtout les symptômes de l’arthrose sans pour autant régénérer du cartilage et guérir la cause de la maladie. Ils comprennent des antalgiques, des anti-inflammatoires non-stéroïdiens ou des infiltrations de corticoïdes. La pose d’une prothèse est parfois nécessaire. C’est pourquoi il serait intéressant d’avoir un médicament qui empêche la destruction du cartilage et le protège.

Ce que montre l’étude

Dans cette étude parue dans la revue Science Translational Medicine, des chercheurs de l’université de l’Etat de Pennsylvanie ont mis en évidence un mécanisme moléculaire à l’origine de l’arthrose, dans le cartilage. D’après eux, l’arthrose est provoquée par une croissance pathologique des cellules de cartilage (les chondrocytes), conduisant à la formation de chondrocytes hypertrophiques.

Dans les cas d’arthrose, les chercheurs ont trouvé que les cellules du cartilage avaient de hauts niveaux de protéine GRK2 (G protein-coupled receptor kinase 2). Cette enzyme est déjà connue pour favoriser la croissance pathologique de cellules dans le cœur ou les reins. Par exemple, elle est liée à l’hypertrophie cardiaque.

Fadia Kamal, qui a participé à ces travaux, explique : « Nous avons découvert un rôle central pour GRK2 dans la dégénérescence du cartilage, où GRK2 pousse les chondrocytes à détruire la matrice cartilagineuse qui les entoure au lieu de la reconstituer et de la maintenir. En d'autres termes, les cellules reçoivent un mauvais signal pour détruire le cartilage. »

Or il existe un inhibiteur de l’enzyme GRK2 : la paroxétine, un antidépresseur de la classe des inhibiteurs de recapture de la sérotonine. Ce médicament est autorisé dans le traitement de la dépression.

Les chercheurs ont confirmé le rôle de GRK2 dans la dégénérescence du cartilage par plusieurs expériences. Chez la souris, ils ont supprimé le gène GRK2 des cellules du cartilage, ou bien ils ont ajouté de la paroxétine. Dans les deux cas, ils ont trouvé qu’en supprimant l’action de GRK2 il était possible d’empêcher l’hypertrophie des chondrocytes, de freiner la progression de l’arthrose et de favoriser la régénération du cartilage.

De plus, grâce à des cultures de cellules de cartilage humain, les chercheurs ont confirmé que la paroxétine atténue l'hypertrophie des chondrocytes et la dégradation du cartilage en ralentissant sa dégénérescence.  

Au vu de ces résultats obtenus in vitro, les chercheurs aimeraient maintenat obtenir l'autorisation de mener des essais cliniques sur l’utilisation de la paroxétine contre l’arthrose.

En pratique

Si la paroxétine (non dénuée d'effets secondaires) n'est pas encore recommandable contre l'arthrose, il existe déjà des solutions naturelles pour prévenir, soulager et limiter la progression de cette maladie :

Des livres pour aller plus loin : Arthrose – les solutions naturelles et Les aliments qui soignent l’arthrose

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top