Le passage à l'heure d'été augmenterait le risque d'infarctus et d'AVC

Par Lanutrition.fr Publié le 25/03/2012 Mis à jour le 29/03/2018
Actualité

Le passage à l'heure d'été pourrait augmenter le risque d'infarctus et d'accident vasculaire cérébral. Un risque lié aux perturbations des rythmes circadiens et au manque de sommeil.

Un certain nombre d'études ont déjà montré un lien entre le manque de sommeil et le risque d'accident cardiovasculaire. Les perturbations des rythmes et des temps de sommeil (rythmes circadiens) ont également été reliées au surpoids ou au risque de diabète de type 2.

Un groupe de chercheurs Suédois s'intéresse depuis quelques années à l'impact du changement d'heure sur la santé, un changement qui touche plus d'1,5 milliard de personnes. Pour mener leurs investigations ils utilisent une base de donnée médicale Suédoise qui répertorie tous les infarctus du pays depuis 1987 dans le détail.

En 2008, les chercheurs avaient montré que dans les trois jours qui suivent le passage à l'heure d'été le risque d'infarctus du myocarde augmente de 5% (1). Inversement, lors du passage à l'heure d'hiver, marqué par une heure de sommeil en plus, le risque diminue de 1,5% pendant trois jours.

De nouveaux résultats publiés en 2012 ont confirmé ces anciennes données (2). Les chercheurs ont aussi mis en évidence que les personnes les plus à risque d'infarctus à cette période sont celles qui ont un taux de cholestérol bas ou qui prennent des médicaments pour un problème cardiaque.

Ce groupe de chercheurs rappelle que la durée moyenne de sommeil est passée de 9 à 7,5 heures au cours du XXe siècle. Selon eux, c'est le déficit de sommeil, même aigu, qui est à l'origine de ces observations. Une explication cohérente avec le risque inversé lors du passage à l'heure d'hiver.

Lire aussi : 14 jours pour bien dormir, de Shawn Stevenson

Une étude de 2016 conduite en Finlande, elle, a trouvé un risque d'AVC plus élevé de 8% dans les 2 jours qui suivent le passage à l'heure d'été. Les victimes d'un cancer avaient un risque plus élevé de 25%, et les plus de 60%, un risque accru de 20%.

Une raison de plus de prendre soin de votre sommeil en consultant nos dossiers.

Autres conséquences du passage à l'heure d'été : plus d'accident du travail - et d'arrêts maladie associés (3), et plus d'utilisations d'Internet à des fins privées au travail. 

Références :

(1) Janszky I, Ljung R. Shifts to and from daylight saving time and incidence of myocardial infarction. N Engl J Med 2008; 359:1966-1967.

(2) Janszky I, Ahnve S, Ljung R, Mukamal KJ, Gautam S, Wallentin L, Stenestrand U. Daylight saving time shifts and incidence of acute myocardial infarction - Swedish Register of Information and Knowledge About Swedish Heart Intensive Care Admissions (RIKS-HIA). Sleep Med. 2012 Mar;13(3):237-42.

(3) Barnes, Christopher M.,Wagner, David T. Changing to daylight saving time cuts into sleep and increases workplace injuries. Journal of Applied Psychology, Vol 94(5), Sep 2009, 1305-1317.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top