Schizophrénie : un régime sans gluten peut aider certains patients

Par Juliette Pouyat Publié le 19/04/2019 Mis à jour le 21/04/2019
Actualité

Un régime sans gluten permettrait de réduire les symptômes négatifs de la schizophrénie chez des patients ayant un niveau élevé d’anticorps anti-gliadine.

Pourquoi c’est important

La schizophrénie est une maladie psychiatrique qui touche environ 1% de la population mondiale, dont 600 000 personnes en France. Elle se manifeste par divers symptômes : certains, « positifs », qui sont caractérisés par des épisodes délirants et des hallucinations (visuelles ou auditives), d'autres, « négatifs », qui ressemblent à ceux de l’anxiété et de la dépression et qui sont caractérisés par un manque d’énergie et d’émotions et enfin une désorganisation de la pensée souvent associée à des troubles cognitifs. La schizophrénie se déclare généralement chez l’adolescent ou le jeune adulte.

L’origine de schizophrénie reste inconnue mais elle associerait sans doute une prédisposition génétique à des facteurs environnementaux. Des recherches actuelles évaluent la possible implication du système immunitaire qui pourrait produire des molécules s’attaquant à des protéines neuronales.

Les études épidémiologiques montrent que la maladie cœliaque touche deux fois plus les patients schizophrènes que la population générale. La prévalence des deux maladies dans la population générale est similaire. Une étude menée précédemment avait montré que les mères intolérantes au gluten avaient deux fois plus de risques que leur enfant développe une schizophrénie.

Des chercheurs ont mené une étude pilote en soumettant certains malades schizophrènes à un régime sans gluten. Ils ont présenté leurs résultats au premier Congrès annuel de la Société Internationale de Recherche sur la Schizophrénie.

L’étude

Dans cette étude, 7 patients schizophrènes présentant un taux sérique élevé d’immunoglobulines IgG dirigés contre la gliadine (protéine présente dans le gluten du blé) ont été soumis à un régime sans gluten pendant 5 semaines. Un groupe de contrôle de 9 patients schizophrènes ayant également un taux élevé d’anticorps anti-gliadine (IgG AGA) n’a pas supprimé le gluten de son alimentation. Tous étaient des patients hospitalisés et prenaient le même médicament anti-psychotique.

Résultats : le niveau sérique d’IgG AGA a diminué de 34% chez les patients soumis au régime sans gluten pendant 5 semaines et de 16% dans le groupe de contrôle. Le régime sans gluten a aussi permis d’améliorer les symptômes négatifs des patients, par rapport au groupe de contrôle, tout en réduisant les symptômes gastro-intestinaux (diarrhée, constipation, reflux, douleurs abdominales). Aucune différence concernant les symptômes positifs de schizophrénie n’a été mise en évidence.

Environ 30% des schizophrènes pourraient présenter un niveau élevé de ces anticorps anti-gliadine mais cette augmentation ne signifie pas qu’ils sont atteints de maladie cœliaque. Le gluten favorise la perméabilité intestinale et le passage anormal dans l'organisme de fragments de protéines ou antigènes ce qui déclenche une réponse du système immunitaire et une réaction inflammatoire. Le système immunitaire attaque à la fois ces particules mais aussi des substances qui leur ressemblent et qui sont importantes pour le cerveau. Cette attaque du système immunitaire libère des composés analogues à des opioïdes capables de provoquer un dérangement mental s'ils atteignent le cerveau. 

Enfin, d'autres études ont montré que les symptômes de la schizophrénie étaient minimisés lorsque le gluten était exclu de l'alimentation. 

En pratique

Parmi les patients schizophrènes, certains pourraient tirer bénéfice d’un régime sans gluten. Une simple prise de sang permettrait de déterminer lesquels en évaluant le niveau sérique d’anticorps anti-gliadine. L’adoption d’une alimentation sans gluten pourrait alors réduire les symptômes. De façon générale, une alimentation qui diminue la perméabilité intestinale peut aider : outre l’élimination du gluten, il peut être intéressant de supprimer les produits laitiers et les aliments ultra transformés bourrés d’additifs

Le régime cétogène est également une piste à explorer pour améliorer les symptômes de la schizophrénie et certains nutriments protecteurs peuvent également être bénéfique pour la santé mentale.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top