Huile de sésame et vitamine E dans le syndrome métabolique

Par Julien Hernandez Publié le 27/05/2019 Mis à jour le 27/05/2019
Actualité

Des chercheurs ont observé un bénéfice à consommer de l’huile de sésame couplée à de la vitamine E contre le syndrome métabolique. Détails. 

Pourquoi c’est important 

Le syndrome métabolique est défini par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un ensemble de symptômes comprenant obésité, diabète de type 2, dyslipidémie et hypertension. De plus en plus de personnes dans le monde en souffrent. Si pour endiguer sa progression, des changements de modes de vie (alimentation, sédentarité, environnement, etc.) sont nécessaires, des petits changements peuvent néanmoins apporter quelques bénéfices. Une nouvelle étude a mesuré l’impact de l’huile de sésame couplée à de la vitamine E sur les symptômes cardiométaboliques de patients atteints de ce syndrome.

Lire aussi : Moins de syndrome métabolique chez ceux qui mangent bio

L’étude 

Des scientifiques iraniens ont remarqué l’augmentation phénoménale du syndrome métabolique dans leur pays ces dernières années. Pour leur étude randomisée en simple aveugle d’une durée de 8 semaines, ils ont recruté 75 personnes malades âgées de 30 à 70 ans. Les participants ont été répartis en 3 groupes distincts : 

  • Le groupe A consommant de l’huile de sésame (30 ml par jour) enrichie en vitamine E (400 mg par jour)
  • Le groupe B consommant uniquement de l’huile de sésame (30 ml par jour) 
  • Le groupe C servant de contrôle consommant de l’huile de tournesol 

L’alimentation servie aux patients de cette étude était basée sur les recommandations alimentaires standards à savoir 55 % de glucides, 15 % de protéines, 30 % de lipides. Leur activité physique n’a pas été modifiée durant l’intervention. 

Résultats : les expérimentateurs ont observé des bénéfices larges chez le groupe A par rapport au groupe B et chez le groupe B par rapport au groupe C. On note principalement une baisse du cholestérol total (marqueur controversé), des triglycérides, de la glycémie à jeun, de la résistance à l’insuline, de l’inflammation et du stress oxydant. Les auteurs expliquent cela par l’action antioxydante de la vitamine E ainsi que les lignanes et les acides gras insaturés contenus dans l’huile de sésame.

Néanmoins, on peut apporter une critique à cette expérience : le groupe contrôle a reçu de l’huile de tournesol qui contient beaucoup plus d’oméga-6 que l’huile de sésame. Ces derniers sont connus pour leurs effets pro-inflammatoires. Pas étonnant que l'huile de sésame fasse mieux. L’huile d’arachide ayant un profil lipidique plus proche de cette dernière, il aurait pu être judicieux de l’utiliser à la place voire de choisir une huile dont on connaît déjà les vertus santé telle que l'huile d'olive.

Lire aussi : Prévenir le syndrome métabolique avec de la vitamine D ?

En pratique 

LaNutrition ne recommande pas la consommation d'huile de sésame comme corps gras principal du fait de sa teneur élevée en acides gras oméga-6. Dans La Meilleure façon de manger, nous conseillons d'assaisonner avec de l’huile de colza (ou une huile riche en oméga-3) et de l'huile d'olive et d'utiliser huiles d'olive et le cas échéant un peu de graisses saturées (huile de coco, beurre, etc.) pour la cuisson.

Pour améliorer un syndrome métabolique, mieux vaut miser sur un changement de régime alimentaire (méditerranéen par exemple), et sur une activité physique soutenue et régulière.

Lire aussi : Diabète, syndrome métabolique : faut-il croire aux nouveaux miracles des produits laitiers ? (abonnés)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top