Intestin irritable : le rôle des additifs exploré

Par Marie-Céline Ray Publié le 03/12/2020 Mis à jour le 03/12/2020
Actualité

Les additifs présents dans les aliments ultra-transformés peuvent conduire à un déséquilibre du microbiote (dysbiose) qui exacerbe les symptômes du syndrome de l’intestin (ou côlon) irritable.

Pourquoi c’est important

Le syndrome de l’intestin irritable concerne environ 10 à 15 % des habitants des pays occidentaux, et plus de femmes que d’hommes. Il se manifeste par des douleurs abdominales, des troubles intestinaux (diarrhées, constipation) et de l’inflammation. Les patients utilisent parfois le régime sans FODMAPs pour calmer ces désagréments.

Les causes de ce syndrome sont encore mal comprises et plusieurs facteurs pourraient intervenir : génétique, intolérances alimentaires, problèmes de motilité de l’intestin, immunité… Dans tous les cas, l’alimentation joue un rôle important car elle peut provoquer une dysbiose (un déséquilibre de la flore intestinale) et de l’inflammation.

Au cours des dernières décennies, l’alimentation occidentale s’est enrichie en additifs, à cause du développement des produits industriels ultra-transformés. Ces molécules influencent la flore intestinale et pourraient avoir un lien avec le développement de certaines maladies comme la colite.

Ce que montre l’étude

Un article paru en novembre 2020 dans International Journal of Environmental Research and Public Health fait le point sur l'impact des additifs alimentaires sur le microbiote et le syndrome de l’intestin irritable.

Le microbiote joue un rôle dans le développement du syndrome de l’intestin irritable. Certains groupes de bactéries sont plus fréquents dans le microbiote des patients (Clostridia, rapport Firmicutes/Bacteroides augmenté…). De plus, chez les patients souffrant de ce syndrome avec des diarrhées, la fonction barrière de l’intestin est altérée. Or le microbiote influence la barrière intestinale.

Les auteurs font la liste des différents additifs qui pourraient influencer l’intestin irritable :

  • les édulcorants : ces molécules sont présentes par exemple dans les sodas, bonbons… Une étude sur 31 personnes consommant de l’aspartame (E950) et de l’acésulfame K (E951) a trouvé une baisse de la diversité de leur microbiote. La consommation d’édulcorants est associée à une dysbiose,
  • les polyols sont des sucres qui font partie des FODMAPs déconseillés dans le cas du syndrome de l’intestin irritable. Les polyols modifient eux aussi la composition du microbiote. Il s’agit des additifs suivants : sorbitol (E420), mannitol (E421), isomalt (E953), maltitol (E965), xylitol (E967),
  • les émulsifiants sont des molécules qui améliorent la texture des aliments (sauces, glaces…) : ils pourraient augmenter la part de bactéries qui réduisent le sulfate, ce qui exacerberait les symptômes du syndrome de l’intestin irritable. Ces bactéries réduisent le sulfate en sulfure d’hydrogène (H2S), une molécule impliquée dans l’inflammation intestinale. En produisant du H2S, ces bactéries pourraient jouer un rôle dans les douleurs abdominales,
  • les colorants : des colorants comme le dioxyde de titane (E171), un agent blanchissant très controversé, pourraient avoir un effet néfaste sur la flore intestinale et provoquer une dysbiose. Le dioxyde de titane a été interdit dans les confiseries en 2020,
  • les conservateurs : on sait peu de choses sur leurs effets sur le microbiote, bien qu’ils soient utilisés depuis longtemps dans notre alimentation.

En conclusion, les additifs présents dans les produits ultra-transformés pourraient influencer le développement du syndrome de l’intestin irritable par plusieurs mécanismes : changements dans la flore microbienne, altération de la fonction barrière de l’intestin, réaction inflammatoire… Mais les études manquent encore chez l’homme pour confirmer toutes ces hypothèses.

En pratique

En cuisinant maison, et en évitant ainsi les aliments industriels ultra-transformés, vous pouvez à la fois faire du bien à vos intestins mais aussi mieux prendre soin de votre santé globale puisque les aliments ultra-transformés ont été liés à de nombreuses maladies chroniques. Adopter en plus une alimentation pauvre en FODMAPs pourra donner encore de meilleurs résultats. Les FODMAPs (Fermentable Oligosaccharides Disaccharides Monosaccharides And Polyols, ou en français : polyols, monosaccharides, disacccharides et oligosaccharides fermentescibles) sont des glucides à chaîne courte, qui sont peu absorbés par l’intestin et se retrouvent dans le côlon où ils entretiennent des bactéries qui réalisent la fermentation. Le régime sans FODMAPs est l'un des seuls ayant prouvé une efficacité contre le syndrome de l'intestin irritable.

>> Lire un extrait de La solution FODMAP

>> Lire Comment se désintoxiquer des aliments ultra-transformés

Des livres pour aller plus loin : Soignez le côlon irritable naturellement, Halte aux aliments ultra-transformés et La solution FODMAP

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top