La méditation de pleine conscience améliore la qualité de vie après un infarctus

Par Juliette Pouyat - Journaliste scientifique Publié le 15/03/2021 Mis à jour le 16/03/2021
Actualité

Un programme de méditation de pleine conscience de 8 semaines a permis d’améliorer la qualité de vie et de réduire la crainte de reprendre une activité chez des personnes ayant eu un infarctus.

Pourquoi c’est important

Les personnes qui survivent à une crise cardiaque se sentent souvent vulnérables et leur qualité de vie peut être altérée après cet évènement cardiovasculaire grave. Ces personnes ont généralement peur de bouger – c’est ce qu’on appelle la kinésiophobie – par crainte de subir une autre crise cardiaque. Leurs activités quotidiennes sont donc limitées et leur qualité de vie est mauvaise.

Des chercheurs ont voulu savoir si la méditation de pleine conscience – qui consiste à fixer son attention sur l’instant présent et sur ses sensations et à ne pas s’attacher aux pensées qui surviennent – pouvait aider ces personnes à surmonter leurs appréhensions. Ils ont donc évalué l’impact de cette technique corps-esprit sur la fatigue, la kinésiophobie et la qualité de vie chez des personnes ayant subi un infarctus du myocarde.

Leurs résultats ont été présentés en mars 2021 lors du congrès Acute CardioVascular Care 2021 de la Société Européenne de Cardiologie.

L’étude

Les 56 participants – qui avaient tous survécu à un infarctus du myocarde – ont été divisés en deux groupes : le premier groupe a suivi pendant 8 semaines un programme de méditation de pleine conscience et l’autre groupe a servi de groupe de contrôle et a assisté à une séance de formation individuelle de 15 minutes sur la structure et la fonction du cœur, les artères coronaires et les maladies du cœur.

Après avoir reçu une formation individuelle de 15 minutes pour décrire la technique de méditation de pleine conscience, les participants du groupe méditation ont été invités à 15 minutes de pratique : après s’être assis confortablement sur une chaise, le dos droit et les yeux fermés, on leur a alors demandé de respirer profondément (inspirer par le nez et expirer par la bouche) et de se concentrer sur leur respiration et le moment présent. Ils ont renouvelé cet exercice tous les jours chez eux.

La fatigue, la kinésiophobie et la qualité de vie ont été évaluées au début de l’intervention, puis après 4, 8 et 12 semaines. Le questionnaire sur la qualité de vie évalue comment la maladie cardiaque des patients affecte leur vie quotidienne en général et 3 domaines en particulier (émotionnel, physique et social). Au début de l’intervention, aucune différence n’a été relevée entre les deux groupes.

Après 4 semaines, les patients du groupe méditation avaient moins peur de faire des mouvements que le groupe de contrôle et ce bénéfice s’est maintenu après 8 et 12 semaines. Grâce à la pleine conscience, après 8 semaines d’intervention, les patients avaient une meilleure qualité de vie en général et particulièrement dans les 3 domaines émotionnel, physique et social (par rapport aux patients du groupe de contrôle). Après 12 semaines, le bénéfice sur la fonction émotionnelle s’est maintenu. En ce qui concerne la fatigue, aucune différence entre les deux groupes n’a été relevée.

En pratique

Après un infarctus, la méditation de pleine conscience aide les patients à remplacer la pensée « catastrophique » par des pensées positives. Le patient se sent ainsi moins vulnérable émotionnellement et physiquement. Il peut reprendre doucement une activité physique qui sera bénéfique pour son cœur. La pleine conscience peut également aider les personnes qui souffrent d'hypertension – un facteur de risque des maladies cardiovasculaires – à réduire leur tension artérielle.

Quelques modifications du mode de vie peuvent également être nécessaires : perdre quelques kilos si besoin, adopter une alimentation saine (le régime méditerranéen est recommandé pour une bonne santé cardiovasculaire), et mettre l’accent sur les oméga-3. Une supplémentation en L-carnitine peut également être bénéfique : elle réduit le risque de mortalité après un infarctus.

A lire :  La vérité sur les stents (et les infarctus)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top