Coeur et oméga-3: une nouvelle étude relance le débat

Par Marie-Céline Ray Publié le 02/10/2018 Mis à jour le 04/10/2018
Article

Un médicament à base d’acides gras oméga-3 a réduit le risque d'accident cardiovasculaire majeur de patients sous statines.

Pourquoi c'est important

Pour réduire leur taux de cholestérol, des millions de patients dans le monde prennent des statines, des médicaments assez chers et qui ne sont pas sans effets secondaires. La polémique sur les statines a enflé ces dernières années et de nombreux patients et médecins doutent de leur intérêt pour réduire le risque cardiovasculaire, au moins en prévention primaire (personnes en bonne santé).

C’est pourquoi des entreprises pharmaceutiques cherchent d’autres solutions à proposer aux patients. Ainsi, la firme irlandaise Amarin s’intéresse aux acides gras oméga-3. Elle produit le Vascepa, un complément qui contient de l’acide éthyl-eicosapentaénoïque, un dérivé de l’acide eicosapentaénoïque (EPA), qui est un acide gras oméga-3. L’EPA est aussi présent dans les huiles de poissons gras (et dans les poissons gras : saumon, maquereau, sardines...). 

Dans un communiqué récent, l’entreprise Amarin a révélé les résultats encourageants obtenus dans un essai clinique testant son produit alors que jusqu’à présent, les études sur l’effet des acides gras oméga-3 sur la santé cardiovasculaire donnent des résultats mitigés. Ainsi, une analyse de la revue Cochrane datant de juillet 2018 a conclu que les apports en oméga-3 avaient un effet minime sur la santé cardiovasculaire.

Ce que montre l’étude

L’étude appelée REDUCE-IT a commencé en 2011 et a inclus plus de 8000 adultes qui prenaient des statines. Les participants avaient un risque cardiovasculaire élevé, avec des facteurs de risque comme un fort taux de triglycérides, une maladie cardiovasculaire, ou un diabète.

Les premiers résultats de cet essai clinique montrent que, par rapport au placebo, une complémentation avec 4 g de Vascepa par jour réduit de 25 % le risque cardiovasculaire, et plus précisément le risque d’accidents cardiovasculaires majeurs : décès pour cause cardiovasculaire, infarctus non-fatal... Les doses utilisées ici étaient quatre fois plus élevées que les doses habituellement recommandées (1 g d'EPA+DHA).

Lire notre dossier sur les oméga-3

Le médicament, qui se prend par voie orale, était bien toléré et peu coûteux. Ces résultats seront présentés plus en détail le 10 novembre prochain au congrès de l’American Heart Association (AHA) à Chicago. Ils n’ont pas encore été publiés dans une revue à comité de lecture, ce qui invite à la prudence. De plus, l’étude a été financée par l’entreprise qui commercialise le produit, ce qui invite à plus de prudence encore.

En pratique

En attendant que l'on ait la preuve que des suppléments d'oméga-3 sont efficaces en prévention des accidents cardiovasculaires, il faut rappeler que l'on trouve ces acides gras dans l’alimentation : dans les oléagineux comme les noix ou les graines de lin ou de chia, dans l'huile de colza, et sous la forme d'acides gras à longues chaînes dans les poissons gras comme la sardine, le maquereau, le hareng. Sous cette forme, ils font partie intégrante du régime méditerranéen qui, de manière générale, et cette fois c'est prouvé,  est bénéfique à la santé cardiovasculaire. Pour augmenter encore ses effets protecteurs, l'alimentation méditerranéenne doit s'accompagner d'une activité physique régulière, d'une bonne gestion du stress et de l'arrêt ou l'évitement du tabac.

Pour aller plus loin, lisez nos livres : Prévenir l'infarctus et Je mange méditerranéen au quotidien

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top