Cancer : les bifidobactéries boostent l'immunothérapie

Par Juliette Pouyat Publié le 10/03/2020 Mis à jour le 12/03/2020
Actualité

En s’accumulant dans les tumeurs, des bactéries intestinales peuvent améliorer le traitement d’immunothérapie chez des souris.

Pourquoi c’est important

L’immunothérapie est un traitement contre le cancer qui a pour but de booster les défenses immunitaires du patient contre sa maladie. Plusieurs études ont montré qu’en modulant le microbiote intestinal, il est possible d’influencer la réponse de l’hôte à l’immunothérapie, notamment grâce à l’activation de l’immunité intestinale. Mais il se pourrait également que l’influence du microbiote intestinal sur l’immunothérapie provienne de la capacité des bactéries intestinales à modifier l’environnement direct de la tumeur.  

Dans une nouvelle étude parue dans la revue Journal of Experimental Medicine (JEM), des chercheurs se sont intéressés à un traitement d’immunothérapie ciblé sur la protéine CD47 qui est présente à la surface de nombreuses cellules cancéreuses et empêche le système immunitaire du patient de s’attaquer à la tumeur et de la détruire. Des anticorps dirigés contre cette protéine CD47 sont actuellement testés, dans plusieurs essais cliniques, en tant que traitement contre le cancer. Pour l’instant les études menées sur des souris ont donné des résultats mitigés. Les chercheurs ont donc voulu savoir dans quelle mesure le microbiote intestinal influençait l’efficacité du traitement.

L’étude

Les scientifiques ont effectué leur étude sur deux types de souris présentant des tumeurs similaires mais n’ayant pas le même système immunitaire. Ils leur ont injecté des anticorps anti-CD47. Certaines souris étaient réceptives au traitement d’immunothérapie alors que les autres non. Pour vérifier certaines de leurs hypothèses sur le rôle du microbiote intestinal, les chercheurs ont utilisé des souris dépourvues de microbiote. Ils ont également administré des antibiotiques (pour altérer le microbiote intestinal) ou des suppléments de bifidobactéries à certaines souris.

Les souris porteuses de tumeurs, et qui normalement répondent au traitement anti-CD47, n’y répondent plus lorsque leurs bactéries intestinales ont été tuées par des antibiotiques. En revanche, le traitement anti-CD47 est devenu efficace, après une supplémentation en bifidobactéries, chez des souris qui d’ordinaire n’étaient pas réceptives au traitement.

Les chercheurs ont également découvert que les bifidobactéries ne s’accumulent pas seulement dans l’intestin, elles migrent aussi dans les tumeurs où il semblerait qu’elles activent une voie de signalisation immunitaire. Cela permettrait d’activer des cellules immunitaires qui, lorsqu’elles sont combinées au traitement anti-CD47, peuvent attaquer et détruire la tumeur.

Les résultats de cette étude permettent d’expliquer en partie pourquoi certains patients ne répondent pas à l’immunothérapie. 

En pratique

Les preuves concernant le lien entre cancer et microbiote intestinal s'accumulent : d’abord certaines bactéries intestinales peuvent influencer l’apparition de certains cancers, d’autres peuvent aider à lutter contre la maladie ou à mieux tolérer les traitements.

Pour en savoir plus, lire : Le microbiote peut-il agir sur le cancer et ses traitements ? (abonnés) 

L’alimentation, en modulant le microbiote intestinal, peut également jouer un rôle : ceux qui consomment plus de fibres ont un écosystème intestinal plus varié (plus de bactéries différentes) et répondent jusqu’à 5,3 fois mieux aux immunothérapies que les autres. 

Les chercheurs pensent que l’administration d’espèces bactériennes spécifiques pourra constituer une nouvelle stratégie pour moduler différentes immunothérapies dans le traitement du cancer. 

Lire aussi : Comment restaurer son microbiote (abonnés)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top