Comment le chef du Parti Travailliste anglais a perdu 40 kg et inversé son diabète

Par Marc Gomez Publié le 21/09/2018 Mis à jour le 21/09/2018
Actualité

Tom Watson a éliminé sucre, aliments ultra-transformés, réduit pain et féculents, suivi un régime à index glycémique (IG) bas, un jeûne intermittent et s’est mis à faire du sport. Selon lui, les conseils nutritionnels actuels aux diabétiques doivent être totalement revus. 

En un peu plus d’un an, Tom Watson, le patron du parti travailliste britannique, a perdu 44 kg : alors qu’il pesait 140 kg et qu’il était diabétique, il en pèse aujourd’hui 96 et il a inversé son diabète de type 2.

Les livres qui lui ont ouvert les yeux : low carb et jeûne intermittent

Watson a été diagnostiqué diabétique à la fin de 2015. Après ce diagnostic, Watson s’est vu prescrire des médicaments, mais il n'a pris aucune des mesures qui auraient pu lui venir en aide, qu’il s’agisse d’alimentation ou d’exercice. « Puis, dit-il au journal The Guardian, j'ai commencé à lire beaucoup plus et j'ai réalisé que si je perdais du poids, cela améliorerait mon niveau d'insuline et ma tension artérielle. » Tom Watson s’est plongé dans des livres proposant un régime pauvre en glucides ou « low carb » comme The Pioppi Diet du Dr Aseem Malhotra. Il a également beaucoup lu sur le jeûne intermittent.

Pendant 6 mois, il a consulté les études scientifiques référencées dans ces livres. « Elles contredisaient certains des conseils de santé publique en particulier sur l’importance de manger moins gras. » Il a d’abord éliminé complètement le sucre (auquel il était, dit-il « accro ») et les aliments ultra-transformés qui sont souvent riches en sucres. Il a examiné tout ce que contenaient ses placards et jeté tout ce qui ressemblait à un snack, et aussi les pâtes et les produits de panification.

"J'ai commencé à me sentir très, très bien très vite, dit-il au Guardian. Mon sommeil s'est amélioré après environ une semaine et demie." 

En même temps qu'il supprimait le sucre, il a commencé à faire de l'exercice, se fixant de de petits objectifs au départ : utiliser l’escalier plutôt que l'ascenseur, puis faire 10 000 pas par jour. Il a sorti un vélo rouillé du hangar, l'a fait remettre à neuf et a commencé à faire le tour de Londres. Dans le parc, il faisait des pompes. En janvier 2018, Watson s'est inscrit à une salle de gym et commencé de s'entraîner avec des poids.

Lire aussi : Les effets impressionnants du sucre caché sur l’organisme

Un an pour se passer de médicaments

Sa glycémie s’est normalisée en un mois mais il prenait toujours des médicaments. Au bout de trois mois, son hémoglobine glyquée (HbA1c) qui reflète la glycémie à moyen terme, se situait également dans la normale. Et puis au début de l’été 2018, il a arrêté tous ses médicaments. « Je me considère comme diabétique et ex-addict au sucre parce que je sais que si je reprends du sucre, la maladie reviendra. Mais je suis libéré. Je me sens plus énergique. » Sa vue s’est améliorée.

Le traitement du diabète en Grande-Bretagne, souligne-t-il, absorbe 10% du budget du NHS (l’organisme de santé publique britannique) – non seulement en médicaments, mais aussi du fait des complications telles que les amputations, les problèmes de vue, les problèmes rénaux, les infarctus et accidents vasculaires cérébraux – et ce montant devrait presque tripler pour atteindre 39,8 milliards de livres par an en 2035/36, si la tendance se maintient. C'est une tragédie, dit-il, alors que pour beaucoup de gens la maladie pourrait être inversée."

Pr Roy Taylor : « Non, le diabète n’est pas une maladie incurable »

« Tout le monde a entendu dire que le diabète est une maladie incurable, qui s'aggrave avec le temps. Mais ce n'est pas le cas », confirme le Pr Roy Taylor (Université de Newcastle). Selon le Pr Taylor, on peut, comme Watson, inverser le diabète d’apparition récente : « Dans les premières années, neuf personnes sur dix peuvent y parvenir, mais après 20 ans, c’est probablement le cas d’une personne sur dix. »
Roy Taylor a montré que le diabète de type 2 est simplement une maladie caractérisée par un excès de graisse dans le foie et le pancréas. Son protocole a été testé par Normand Mousseau, qui raconte son expérience réussie dans « Comment j'ai vaincu le diabète sans médicaments ». 
« Si vous débarrassez votre foie et votre pancréas de leurs graisses, la maladie disparaît, à condition qu’elle ne soit pas installée depuis trop longtemps », dit le Pr Taylor. Le succès de Watson en est un parfait exemple : « S’il maintient son poids, le diabète ne reviendra pas », prédit Taylor. 

L'essai clinique (Direct) dirigé par le Pr Taylor utilise un régime hypocalorique donne des résultats prometteurs. Les participants, supervisés par des médecins, ont suivi un régime de 800 calories par jour pendant environ trois mois, perdant en moyenne environ 16 kg avant de revenir à une alimentation plus "ordinaire", mais avec des portions plus petites et moins de féculents comme les pommes de terre, le riz et les pâtes. Près de la moitié - 45,6 % - des participants étaient en rémission du diabète de type 2 dans les 12 mois.

Aujourd’hui Watson s’interroge sur la pertinence des conseils nutritionnels officiels, qui recommandent à une population dont près de la moitié est en surpoids, obèse, diabétique, ou affectée d’un foie gras, de manger plus de féculents. « Sachant que le diabète de type 2 est une maladie liée à une intolérance à métaboliser les glucides, dit le Dr Malhotra, on comprend mal que la Fédération britannique du diabète (Diabetes UK) conseille, dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée de consommer de grandes quantités de glucides riches en amidon et même un peu d’aliments et boissons sucrées, dont les gâteaux et les biscuits. »

Tom Watson, lui, a complètement changé de mode de vie. Les gâteaux et les biscuits ne lui manquent pas : « Je n'y pense vraiment plus. Parfois, je prends un peu de chocolat noir. Une fois que j'ai cessé de consommer du sucre et que j'ai été très clair au sujet de son impact sur ma santé personnelle, ma résolution est devenue plus forte. » 
Il ne compte pas les calories, mais essaie de suivre un régime à index glycémique bas comme Le Nouveau régime IG – des baies plutôt que des bananes – et a même développé un goût pour le riz de chou-fleur. 
En déplacement, il mange un peu de riz complet. S'il doit acheter un sandwich au poulet, il ne mange que le poulet. Il lui arrive aussi, lorsqu’il est en voyage, de manger du riz complet et un peu de pâtes. « Le seul pain que je mange, c’est celui que j’ai fait avec de la farine d'amande. » Il fait suivre des noix et des amandes.
Il fait maintenant deux séances de cardio par semaine : tapis roulant à la salle de gym ou ou 5 km de course en extérieur, ou une séance de boxe. Il fait aussi de la musculation plusieurs fois par semaine et marche beaucoup. « Je déteste me coucher le soir sans avoir fait 10 000 pas dans la journée. »

Lire aussi : Diabète : un député anglais demande la révision des conseils nutritionnels officiels

En pratique

Tom Watson a suivi un régime pauvre en glucides (sucre et féculents) ou avec des glucides à IG bas à modéré, avec un peu de jeûne intermittent, et une association d’exercice de cardio et de musculation. 
La quantité quotidienne de glucides varie selon qu’on est mince ou en surpoids, qu’on est actif ou sédentaire. Les personnes en surpoids ou obèses, résistantes à l’insuline ont probablement intérêt à diminuer les glucides ou à choisir des glucides avec un index glycémique bas.
Alternativement, le protocole de Newcastle, qui prône dans les premières semaines un régime hypocalorique strict est une option peut-être plus difficile à suivre, mais qui a fait cliniquement ses preuves.

Si vous souhaitez suivre l'un de ces régimes, prenez l'avis de votre médecin et n'arrêtez pas brutalement votre traitement.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top