7 faits étonnants sur le microbiote intestinal

Par Sarah Amiri - Diététicienne et journaliste scientifique Publié le 27/01/2021 Mis à jour le 27/01/2021
Article

Quelles sont les caractéristiques surprenantes de la « flore » intestinale ? Voici 7 faits à découvrir. 

1. C’est un organe à part entière qui peut être greffé

Par microbiote intestinal, on entend un ensemble de micro-organismes qui logent au niveau des intestins et du côlon. L’appellation « flore intestinale » est aujourd’hui obsolète, car les études récentes montrent que ce microbiote n’est pas composé seulement de bactéries mais aussi de virus, levures et champignons.

La transplantation fécale est une thérapie ancienne n’est pas encore standardisée. Elle est pratiquée aujourd’hui seulement pour le traitement de la bactérie résistante C. difficile, mais elle pourrait bientôt s’étendre à d’autres applications notamment les maladies inflammatoires de l’intestin, le diabète, l’obésité, les maladies neurologiques.

2. Il est plus lourd que le cerveau

En effet, le microbiote pèse 2 kg. Il contient plus de bactéries (100 milliards) que notre corps possède de cellules et contient plus de gènes (600 000) que le génome humain (23 000).
Près de 1000 espèces bactériennes ont été relevées et 150 d’entre elles sont prédominantes. On trouve essentiellement trois grandes familles : les Firmicutes, les Bacteroidetes et les Actinobactéries.

3. Chaque microbiote est unique 

Les scientifiques ont décrit trois entérotypes caractérisés chacun par une composition spécifique et la prédominance d’une population bactérienne : on définit ainsi un groupe dominé par Bacteroidetes, un autre par Ruminococcus et un dernier par Prevotella.

L’entérotype est influencé par le patrimoine génétique, la naissance, l’alimentation, la prise d’antibiotique et autres médicaments, l’environnement… etc. 

De nombreuses situations pathologiques très diverses sont associées à une signature bactérienne du microbiote intestinal particulière. Par exemple, des études sur les souris montrent que l’obésité est caractérisée par une composition bactérienne moins diversifiée. 

4. Il communique avec le cerveau grâce au nerf vague

Est-ce vraiment notre cerveau qui nous pousse à grignoter certains aliments ? Contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, ce serait le microbiote intestinal qui régirait en réalité la prise alimentaire via le nerf vague. 

Le Dr Navaz Habib, auteur du livre Activez votre nerf vague explique : « Une fois que l’on a compris que les fringales liées aux aliments qu’exigent nos bactéries intestinales sont en réalité des signaux relayés par le nerf vague à travers le système sanguin, il devient possible de reprendre la main et de modifier notre alimentation pour obtenir un effet bénéfique, non seulement sur notre microbiote, mais aussi sur notre santé globale. »

Pour aller plus loin, lire : 7 faits étonnants sur le nerf vague

5. Il produit des nutriments essentiels 

Les bactéries intestinales se nourrissent des glucides non digérés par l’intestin grêle, notamment les fibres. Les bactéries les dégradent en acides gras à chaîne courte (AGCC) par un processus de fermentation. Comme le Dr Martine Cotinat le décrit dans Maigrir de plaisir en charmant ses bactéries, « ces acides gras permettent un dialogue entre le microbiote et son hôte ; ils interviennent dans la protection de l’intestin (production de mucus, renouvellement cellulaire, prévention du cancer) et la régulation des fonctions métaboliques (satiété, métabolisme des lipides, régulation du poids, luttent contre l’inflammation…). » 

Les bactéries intestinales interviennent dans la production de certaines vitamines (K2, B12, B8) et elles permettent également la digestion des polyphénols, ces molécules antioxydantes présentes dans les fruits et légumes avec lesquels elles produisent des métabolites bénéfiques pour la santé.

6. Déséquilibré, il favorise le stockage des graisses

Des études ont mis en évidence que les personnes obèses seraient capables d’extraire davantage d’énergie (de calories) provenant de la fermentation. En cause : une inflammation provoquerait une augmentation de la taille des villosités qui tapissent la paroi intestinale, ce qui augmenterait la surface d’absorption de 250 %. Une dysbiose intestinale, c’est-à-dire un déséquilibre du microbiote, induit aussi une augmentation de la perméabilité de l’intestin et une inflammation favorisant une résistance à l’insuline. Or cette dernière, on le sait, favorise le stockage des graisses.

À lire aussi : Pourquoi un microbiote déséquilibré fait grossir

7. Pour le rééquilibrer, il faut utiliser des probiotiques ET des prébiotiques

Prendre des compléments probiotiques est une solution vaine pour prendre soin de son microbiote si on ne modifie pas l’alimentation en parallèle. Il faut impérativement enrichir son assiette en prébiotiques, qui nourrissent les bonnes bactéries et permettent aux probiotiques de s’installer durablement dans les intestins.

Parmi les aliments riches en prébiotiques, on trouve le topinambour, le pissenlit, la chicorée amère, l'ail, le poireau, l'oignon, l'asperge, les champignons, les algues…

Pour aller plus loin, lire : Les aliments bons pour la flore intestinale (Abonné)

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top