L’épilepsie : causes et symptômes

Par Marie-Charlotte Rivet Bonjean Publié le 18/01/2018 Mis à jour le 18/01/2018
Définition

Que se passe-t-il dans le cerveau lorsqu’on est épileptique ? Quels sont les facteurs de risque ? Les causes ?

L'épilepsie est un trouble du système nerveux central (neurologique) dans lequel l'activité cérébrale devient anormale, provoquant des convulsions ou des périodes de comportement et des sensations inhabituel et, parfois, une perte de conscience.

Les symptômes de l'épilepsie peuvent varier considérablement. Certaines personnes atteintes d'épilepsie regardent simplement dans le vide pendant quelques secondes pendant une crise, tandis que d'autres contractent à plusieurs reprises leurs bras ou leurs jambes, en convulsions. Ceci est dû au fait qu’il n’y a pas une seule forme d’épilepsie mais plusieurs, en fonction de l’activité anormale du cerveau :

  • Crise généralisée 
  • Crise partielle ou focale

Avoir une seule crise ne signifie pas que vous souffrez d'épilepsie. Au moins deux crises non provoquées sont généralement nécessaires pour établir le diagnostic.

Les symptômes

Parce que l'épilepsie est causée par une activité anormale du cerveau, les crises peuvent affecter tout processus coordonné par ce dernier.

Les signes et symptômes de convulsions peuvent inclure :

  • Une confusion temporaire
  • Une absence
  • Des mouvements saccadés incontrôlables des bras et des jambes
  • Une perte de conscience
  • Des symptômes psychiques tels que la peur, l'anxiété ou le déjà-vu

Les symptômes varient en fonction du type de crise. Dans la plupart des cas, une personne atteinte d'épilepsie aura tendance à reproduire le même type de crise à chaque fois, de sorte que les symptômes seront semblables d'un épisode à l'autre et se reconnaissent facilement.

Lire aussi : Les régimes pauvres en glucides efficaces contre les crises d’épilepsie

Les crises focales ou partielles

Lorsque les crises semblent résulter d'une activité anormale dans une seule partie de votre cerveau, elles sont appelées des crises focales (partielles). Elles appartiennent à deux catégories :

  • Crises focales sans perte de conscience ou également appelées crises partielles simples, ces crises ne provoquent pas de perte de conscience. Elles peuvent altérer les émotions ou changer l’apparence des choses, l'odorat, la sensation, le goût ou le son. Elles peuvent également entraîner des secousses involontaires d'une partie du corps, comme un bras ou une jambe, et des symptômes sensoriels spontanés tels que des picotements, des vertiges et des lumières clignotantes.
  • Crises focales avec conscience altérée ou également appelées crises partielles complexes. Ces crises impliquent un changement ou une perte de conscience. Pendant une crise partielle complexe, vous pouvez regarder dans l'espace et ne pas répondre normalement à votre environnement ou effectuer des mouvements répétitifs, tels que le frottement des mains, la mastication, la déglutition ou encore tourner en rond.

Les symptômes de crises focales peuvent être confondus avec d'autres troubles neurologiques, tels que la migraine ou la narcolepsie. Un examen approfondi et des tests sont nécessaires pour distinguer l'épilepsie d'autres troubles.

Les crises généralisées

Les crises qui semblent impliquer toutes les régions du cerveau sont appelées crises généralisées. Six types de crises généralisées existent.

  • Crises d'absence. Les crises d'épilepsie, connues auparavant sous le nom de crises de petit mal, surviennent souvent chez les enfants et se caractérisent par un regard fixe dans l'espace ou par des mouvements corporels subtils tels que le clignement des yeux ou le claquement des lèvres. Ces crises peuvent survenir en groupes et provoquer une brève perte de conscience.
  • Crises toniques. Elles provoquent un raidissement de vos muscles. Ces crises affectent habituellement les muscles du dos, des bras et des jambes et peuvent faire tomber par terre.
  • Crises atoniques, également appelées crises de goutte. Elles provoquent une perte de contrôle musculaire, ce qui peut entraîner un effondrement soudain ou une chute.
  • Crises cloniques. Elles sont associées à des mouvements musculaires répétés ou rythmés, saccadés. Ces crises affectent habituellement le cou, le visage et les bras.
  • Crises myocloniques. Ces crises apparaissent généralement comme de brusques secousses soudaines ou des secousses de vos bras et de vos jambes.
  • Crises tonico-cloniques, auparavant connues sous le nom de crises d'épilepsie. Ce sont le type le plus dramatique de crise épileptique : elles peuvent provoquer une perte soudaine de conscience, des raidissements et des tremblements et parfois une perte de contrôle de la vessie ou une morsure de la langue.

Lire aussi : La diète cétogène : un régime thérapeutique

Quand voir un médecin ?

Consulter immédiatement un médecin si l'un des cas suivants se produit :

  • La crise dure plus de cinq minutes.
  • La respiration ou la conscience ne revient pas après l'arrêt de la crise.
  • Une seconde crise suit immédiatement.
  • Une forte fièvre.
  • Vous éprouvez un épuisement dû à la chaleur.
  • Vous êtes enceinte.
  • Vous avez un diabète.
  • Vous vous êtes blessé pendant la crise.
  • Si vous ressentez une crise pour la première fois.

Les causes

L'épilepsie n'a pas de cause identifiable chez la moitié des personnes épileptiques. Dans l'autre moitié, la condition peut être attribuée à divers facteurs :

  • Causes génétiques : environ 40 % des épileptiques ont une forme génétique.
  • Causes acquises : tumeur cérébrale, malformation congénitale, lésion cérébrale, traumatisme.
  • Causes vasculaires : accident ischémique ou hémorragique, malformation cérébrale, traumatisme crânien, AVC, maladie neurodégénérative évolutive.
  • Causes infectieuses : encéphalite, méningite, abcès cérébral.
  • Causes toxiques : une forte dose d’alcool, l’alcoolisme chronique ainsi que le sevrage, drogues type cocaïne ou amphétamine, antidépresseurs (surconsommation, surdosage ou sevrage).

Lire aussi : Le grand livre de l’alimentation cétogène

Les facteurs de risque

Certains facteurs peuvent augmenter les risques d'épilepsie :

  • L’âge : elle est plus fréquente chez les enfants et les personnes âgées, mais la maladie peut survenir à tout âge.
  • La génétique : si vous avez des antécédents familiaux d’épilepsie, vous avez plus de risque de développer ce trouble.
  • Blessures à la tête : elles sont responsables de certains cas d'épilepsie. Vous pouvez réduire les risques en suivant les règles de sécurité lors d’activité à risque comme le port du casque pour une balade à vélo ou en moto, la ceinture de sécurité lorsque vous êtes en voiture…
  • Accident vasculaire cérébral et d'autres maladies vasculaires. Les AVC et autres maladies vasculaires peuvent entraîner des lésions cérébrales susceptibles de déclencher l'épilepsie.
  • Démence. Elle peut augmenter le risque d'épilepsie chez les personnes âgées.
  • Infections du cerveau. Les infections telles que la méningite, qui provoque une inflammation dans le cerveau ou la moelle épinière, peuvent augmenter votre risque.

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top