5 conseils alimentaires pour soulager l’asthme

Par Juliette Pouyat Publié le 03/04/2017 Mis à jour le 05/11/2018
Article

Une alimentation méditerranéenne riche en poissons, en fibres et en fruits et légumes peut améliorer l’asthme. 

LaNutrition.fr vous donne 5 conseils alimentaires pour améliorer les symptômes de l'asthme, une maladie respiratoire se manifestant en général chez les personnes ayant un terrain allergique et qui touche environ 300 millions de personnes dans le monde. D'après une estimation de la Global Initiative for Asthma, en 2025, 100 millions de personnes supplémentaires souffriront d'asthme. 

1. Augmenter les apports en fibres

Une supplémentation en fibres permet d’améliorer les symptômes de l’asthme en stimulant le microbiote intestinal. Ces résultats ont été présentés par des chercheurs australiens lors de la réunion annuelle 2017 de la Thoracic Society for Australia and New Zealand (TSANZ). Dans cette étude, des asthmatiques ont reçu quotidiennement un supplément d’inuline, une fibre soluble. Les chercheurs ont ensuite étudié les modifications dans le contrôle de l’asthme, la fonction pulmonaire et le microbiote intestinal. Ils ont trouvé que les suppléments de fibres modifient le microbiote intestinal ce qui a un effet bénéfique sur le contrôle de l’asthme et permet également de réduire l’inflammation des voies respiratoires. La supplémentation était d’autant plus efficace que l’asthme était mal contrôlé en début d’intervention.

On trouve surtout l’inuline dans la chicorée, l'endive mais aussi dans les bananes, les oignons, les poireaux, les betteraves….

2. Limiter viande et produits laitiers

Les mêmes chercheurs ont montré qu’un seul repas riche en graisses saturées pouvait augmenter l’inflammation et aggraver les symptômes de l’asthme (toux, respiration sifflante, essoufflement et oppression thoracique) en raison d’un rétrécissement temporaire des voies aériennes qui transmettent l’oxygène aux poumons. Mieux vaut donc limiter les graisses saturées, qu'on trouve dans les graisses animales comme celles de la viande ou des produits laitiers. Les études montrent d'ailleurs qu'une consommation élevée de viande est liée à une augmentation du risque d'asthme.

3. Manger des poissons gras

Augmenter ses apports en poissons gras - saumon, truite, sardine - dans le cadre d’un régime méditerranéen peut également aider à diminuer les symptômes de l’asthme. Ces résultats sont issus d’un essai clinique paru en octobre 2018 dans le Journal of Human Nutrition and Dietetics.

Dans cette étude, 64 enfants âgés de 5 à 12 ans et souffrant d’un asthme léger ont suivi soit un régime méditerranéen enrichi en poissons gras (150 grammes 2 fois par semaine de poisson cuit), soit leur régime alimentaire habituel. L’intervention a duré 6 mois.

Les résultats montrent que les enfants asthmatiques qui ont suivi un régime méditerranéen enrichi en poissons gras ont une fonction pulmonaire améliorée au bout de 6 mois notamment grâce aux acide gras oméga-3 qui sont présents dans les poissons gras et qui ont des propriétés anti-inflammatoires. Augmenter les apports en oméga-3 permet de rétablir le ratio oméga-6/oméga-3, ce qui a un effet bénéfique sur les symptômes de l'asthme.

En pratique, selon les résultats de l’étude, manger du poisson gras deux fois par semaine peut considérablement réduire l’inflammation des poumons et réduire les symptômes de l’asthme. 

Une méta-analyse de 2018 vient confirmer les bénéfices sur l'asthme de la consommation de poisson chez les enfants. Les chercheurs montrent que l'introduction du poisson très tôt (6-9mois) ainsi que la consommation régulière de poissons de toutes sortes (au moins une fois par semaine) réduisent la respiration sifflante et l'asthme chez les enfants de moins de 4 ans et demi. Dans cette étude, les bénéfices de la consommation de poissons gras sont visibles chez les enfants plus âgés (8-14 ans).  

4. Adopter un régime riche en potassium et magnésium

L’asthme s’accompagne d’une acidose métabolique. L'acidose qui caractérise les crises sévères doit être corrigée et pour cela les médecins administrent en général du bicarbonate de potassium en perfusion. On administre aussi du magnésium en perfusion et par inhalation. En dehors des crises d’asthme, un régime riche en minéraux peut donc être utile. Les études indiquent en effet que les personnes qui consomment peu de potassium et de magnésium respirent globalement moins bien que celles qui en consomment le plus. Elles ont aussi un risque d’asthme plus élevé. Les asthmatiques et les personnes qui souffrent de troubles respiratoires devraient consommer en quantités suffisantes des aliments riches en potassium et en magnésium comme les fruits, les légumes, le poisson. Les études de supplémentation en magnésium chez les patients asthmatiques ont donné des résultats contradictoires, et ne permettent pas de conclure que ces suppléments sont bénéfiques (en dehors de situations de déficit) ; mais on manque encore de données.

Lire : Comment rétablir l'équilibre acide-base (abonnés) et les meilleures sources de magnésium

5. Eviter les fast-foods

Une étude menée sur 319 196 adolescents de 51 pays différents, âgés de 13 à 14 ans, et 181 631 enfants de 31 pays âgés de 6 à 7 ans montre que plus les enfants mangent au fast-food et plus ils sont touchés par les allergies, l'eczéma et l'asthme. Pour ceux qui y mangent 3 fois par semaine ou plus le risque d'asthme sévère est augmenté de 39%. A l'inverse consommer au moins 3 fruits par semaine est associé à une diminution significative de ce risque. Il semble que le fait de manger aux fast-foods influence l'intensité de la maladie plutôt que la prévalence de la maladie elle-même. 

Lire aussi : Allergies, les solutions naturelles, de Brigitte Karleskind

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top