Démence : du plastique dans le cerveau de malades

Par Marie-Céline Ray Publié le 27/08/2020 Mis à jour le 28/08/2020
Actualité

Des taux élevés de phtalates ont été trouvés dans le liquide céphalorachidien de patients souffrant d’une pathologie neurodégénérative : la maladie à corps de Lewy.

Pourquoi c’est important

Les maladies neurodégénératives ne peuvent pas s’expliquer uniquement par des causes génétiques. Des facteurs environnementaux interviennent probablement. Il peut s’agir par exemple de l’alimentation, ou de polluants présents dans l’environnement.

La maladie à corps de Lewy est la deuxième cause de démence neurodégénérative après la maladie d’Alzheimer. Dans cette maladie, des dépôts anormaux de protéines alpha-synucléine se forment dans les « corps de Lewy », à l’intérieur des neurones. Cette maladie présente des points communs avec la maladie de Parkinson puisque l’alpha-synucléine est également impliquée dans cette dernière.

On ignore quelles sont les causes exactes de la maladie à corps de Lewy et si des polluants environnementaux participent à son apparition. Comme les pesticides favorisent la maladie de Parkinson, certains les suspectent d’intervenir également dans la maladie à corps de Lewy.  

Lire : Dépression et diabète augmentent le risque de démence

Ce que montre l’étude

Cette étude parue dans la revue Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry montre la présence de phtalates dans le liquide céphalorachidien (ou liquide cérébrospinal) de patients souffrant de la maladie à corps de Lewy.

Cette recherche a été réalisée par des chercheurs du CNRS de l’université de Strasbourg et des hôpitaux universitaires de Strasbourg. 45 patients, dont 21 étaient atteints par la maladie d’Alzheimer, et 24 par la maladie à corps de Lewy, y ont participé. Un échantillon du liquide céphalorachidien de ces patients a été prélevé par ponction lombaire. Le liquide céphalorachidien est le liquide dans lequel baigne le système nerveux central.

Les chercheurs ont analysé les molécules présentes dans le liquide grâce à la technique de chromatographie couplée à la spectrométrie de masse. Ils n’ont pas trouvé de taux anormaux de pesticides chez les patients atteints de la maladie à corps de Lewy.

En revanche, un phtalate – le DEHP ou phtalate de bis –  était présent à des concentrations élevées chez ces patients : la concentration était deux à trois fois plus élevée chez eux par rapport à ceux qui avaient la maladie d’Alzheimer.

Les phtalates sont des molécules utilisées depuis les années 1920. Ils peuvent entrer dans l’organisme par voie orale, nasale, ou en traversant la peau. Les auteurs pensent que le DEHP pourrait entrer dans l’organisme par voie nasale, puis rejoindre le bulbe olfactif et entrer par cette voie dans le cerveau.

Lire : Les phtalates des plastiques augmenteraient les risques de diabète

En pratique

Le DEHP, synthétisé pour la première fois en 1933, est un plastifiant omniprésent dans notre environnement car il se trouve dans des matériaux de construction et d’ameublement, des jouets, des emballages, des produits ménagers, des cosmétiques, des gants, chaussures… Il peut représenter jusqu’à 40 % du poids du PVC. Dans l’industrie biomédicale, on trouve du DEHP dans des produits pharmaceutiques et dispositifs médicaux, comme des poches de sang, des sondes, des sacs de dialyse… Le DEHP n'est pas lié de manière covalente aux matières plastiques. Il peut donc être rejeté dans l'environnement et se retrouver dans l’air, l’eau ou le sol.  Il est donc difficile d'y échapper.

Pour limiter le risque que des polluants se retrouvent dans le cerveau, il faut éviter les phénomènes augmentant la porosité de la barrière hémato-encéphalique. C'est le cas du diabète de type 2, de l'inflammation chronique et du stress oxydant. Faire attention à la qualité des glucides que l'on ingère (en utilisant l'index glycémique), adopter les aliments qui combattent l'inflammation et ceux riches en antioxydants peut donc se révéler utile en protection des démences mais aussi de nombreuses maladies dites de civilisation.

Des livres pour aller plus loin : La fin d’Alzheimer, Supernutrition du cerveau et Zéro plastique Zéro toxique

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top