Surpoids : pourquoi il est nécessaire de corriger un déficit en vitamine D

Par Juliette Pouyat Publié le 18/01/2019 Mis à jour le 21/01/2019
Actualité

Si vous êtes en surpoids, surveillez votre statut en vitamine D : corriger un éventuel déficit pourrait vous aider à perdre du poids, de la graisse corporelle et améliorer votre santé métabolique.

Pourquoi c’est important

Plusieurs études suggèrent qu’il existe un lien entre l’obésité et le manque de vitamine D : les personnes obèses ou en surpoids ont un statut plus faible en vitamine D même s’il est difficile de dire s’il s’agit d’une cause ou d’une conséquence. Il se pourrait que la vitamine D soit liée à l’obésité par son action sur les adipokines, des molécules sécrétées par le tissu adipeux et impliquées dans de nombreuses fonctions physiologiques comme la régulation de l’appétit, la dépense énergétique, le métabolisme des lipides et du glucose. Lorsque la production des adipokines n’est plus régulée correctement, des troubles métaboliques (résistance à l’insuline, diabète de type 2) peuvent apparaître. Or, l’obésité provoque des modifications du tissu adipeux, une inflammation chronique et s’accompagne souvent de troubles métaboliques.

La présence de récepteurs à la vitamine D dans le tissu adipeux laisse penser à un rôle direct de la vitamine D dans la régulation de l’expression des gènes liés aux adipokines. Ainsi, en plus des stratégies de perte de poids (alimentation saine, activité physique), cibler les adipokines, par une supplémentation en vitamine D si nécessaire, peut constituer une aide intéressante dans la prévention et la gestion des troubles liés à l’obésité.

Ce que disent les études

Dans une étude norvégienne menée sur 1779 participants, des chercheurs ont montré que ceux qui ont l’indice de masse corporelle le plus élevé ont un niveau plus faible de vitamine D. Dans une autre étude, 1200 participants ont été suivis sur une période de 12 ans : ceux qui avaient des niveaux insuffisants en vitamine D avaient un risque plus élevé de devenir obèse dans les années suivantes. Les chercheurs en avaient conclu que le manque de vitamine D précédait l’obésité.

Des chercheurs ont montré que la prise de poids est plus rapide chez les enfants qui ont les taux les plus faibles de vitamine D que chez ceux qui ont les taux les plus élevés. L’accumulation de graisse au niveau abdominal est également plus importante chez les enfants qui manquent de vitamine D.

Chez des personnes en surpoids ou obèses, une supplémentation en vitamine D permet de réduire la graisse corporelle par rapport à un placebo. Et un statut correct en vitamine D permettrait d'améliorer les résultats d'un régime amaigrissant. 

Les études menées jusqu’ici ont donné des résultats contradictoires quant à l’effet d’une supplémentation en vitamine D sur les adipokines. Une nouvelle étude parue dans l’European Journal of Nutrition a cherché à éclaircir ce point en analysant les données d’un essai clinique mené sur 65 participants en surpoids ou obèses et présentant un déficit en vitamine D. Les chercheurs avaient évalué l’effet d’une supplémentation en vitamine D à haute dose sur la sensibilité à l’insuline. Dans cette nouvelle analyse, les auteurs ont voulu savoir si la supplémentation en vitamine D pouvait améliorer les concentrations sériques en adipokines (adiponectine, leptine, résistine et adipsine).

Après 16 semaines de supplémentation, les taux de vitamine D sont passés de 31,4 nmol/L à 88,4 nmol/L en moyenne. En parallèle, les concentrations en adiponectine et en leptine ont augmenté significativement dans le groupe ayant reçu la vitamine D. La supplémentation en vitamine D, en corrigeant le déficit en vitamine D, a donc une action bénéfique sur la régulation des adipokines et donc sur le contrôle de l’appétit et la santé métabolique à long terme.

En pratique

Le manque de vitamine D peut nuire à votre santé et influencer le risque de maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, maladies auto-immunes, arthrose…). Le déficit en vitamine D a, semble-t-il, également un impact sur le surpoids ou l’obésité et les conséquences métaboliques. Corriger ce déficit, sans avoir un effet miracle, peut donc aider les personnes en surpoids/obèses à la fois à perdre de la graisse corporelle dans le cadre d’une alimentation saine et à améliorer leur santé métabolique. De plus, la vitamine D en agissant sur les taux de leptine peut permettre de ne pas reprendre de poids après un régime.

Avant toute supplémentation, il faut faire doser votre niveau de vitamine D par un laboratoire d'analyses, en retenant qu'en cas de déficit (moins de 30 ng/mL ou 75 nmol/L), il faut généralement prendre 1000 UI de vitamine D3 par jour pour augmenter son taux sanguin de 10 ng/mL (25 nmol/L), et 2000 UI pour l'augmenter de 20 ng/mL (50 nmol/L). Il est important de souligner que les personnes obèses doivent recevoir 2 à 3 fois plus de vitamine D en complémentation que celles de poids normal.

A lire aussi : Vitamine D, mode d'emploi

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top