1 additif alimentaire sur 4 pose problème

Par Lanutrition.fr Publié le 08/03/2017 Mis à jour le 11/04/2017
Enquête
Sur 338 additifs autorisés, 90 sont « problématiques » selon une enquête publiée par LaNutrition.fr dans son « Nouveau Guide des Additifs ».

Une équipe de journalistes scientifiques de LaNutrition.fr, déjà à l'origine du Bon Choix au supermarché, a réuni pendant plusieurs mois les données scientifiques et toxicologiques sur les additifs, sous la direction d'Anne-Laure Denans. Un travail de synthèse et de vulgarisation sans précédent qui est publié dans Le Nouveau guide des additifs.

Le livre classe visuellement des 338 additifs en quatre catégories sur la base des dernières études scientifiques :

  • Rouge : ceux qu'il vaut mieux éviter d'une manière générale;
  • Orange : ceux qu'il est conseillé d'éviter dans certaines conditions;
  • Gris : ceux pour lesquels les informations manquent;
  • Vert : ceux qui ne présentent pas de risques connus.

Résultats : 90 additifs « posent problème ».  Si leur consommation occasionnelle, à dose faible, est probablement peu risquée, les rédacteurs conseillent d’éviter de les consommer régulièrement ou à dose élevée. Ils pourraient alors entraîner des problèmes qui ont été identifiés dans des études expérimentales (in vitro, chez l’animal) ou chez l’homme, comme par exemple : des troubles du comportement ; des atteintes cellulaires ; une altération de la flore intestinale, voire des cancers et des maladies cardiovasculaires.

Colorants, phosphates, émulsifiants, nitrites : ils sont partout !

Parmi les substances suspectes :

  • Colorants : très présents dans les confiseries et les aliments pour enfants, plusieurs sont soupçonnés de favoriser l’hyperactivité et les troubles du comportement. 
  • Phosphates : ils ont envahi les rayons, des plats préparés aux fromages. Ils sont soupçonnés, sur la base d’études épidémiologiques, de favoriser maladies cardiovasculaires, maladies rénales et cancers. 
  • Émulsifiants : ces substances qu’on trouve dans les plats préparés, le pain industriel, etc. pourraient perturber la flore intestinale, dont on connaît le rôle régulateur dans les phénomènes d’immunité et plus généralement pour la santé physique et psychique. 
  • Nitrites : ces conservateurs présents dans la plupart des charcuteries donnent naissance à des nitrosamines cancérogènes. Ils pourraient expliquer le risque augmenté de cancers digestifs quand on mange régulièrement des charcuteries.

Les additifs répondent avant tout aux besoins des industriels, pas des consommateurs

La présence d’additifs dans un produit signale qu’il s’agit d’un aliment ultra-transformé, dont la consommation est lié à un risque plus élevé de maladies chroniques.

« L’usage des additifs, explique le Pr Jean-François Narbonne dans sa préface, s’est généralisé après la Seconde Guerre mondiale de pair avec la transformation, toujours plus poussée, des aliments. » :

  • Déconstruction, réassemblage entraînant une dégradation des textures et des saveurs, qu’il faut bien compenser ;
  • Recherche de la plus longue conservation possible ; 
  • Recherche du coût minimum : les additifs permettent de réduire les quantités d’ingrédients naturels plus onéreux. 

« Ainsi tout un arsenal chimique appartenant à des familles chimiques diverses, a été mis à la disposition de l’industrie agroalimentaire, écrit le Pr Narbonne, qu’il s’agisse de colorants, de conservateurs, d’antioxydants, d’agents de texture, d’antiagglomérants, d’exhausteurs de goûts ou d’édulcorants. »

Zoom sur un additif : le conservateur E 211, classé en rouge

Nom de code : E 211
Nom usuel : benzoate de sodium
Dose journalière admissible (DJA) : 5 mg/kg/jour
Autorisé dans (principaux aliments) : boissons aromatisées, confitures allégées, fruits confits, condiments, sauces
Problèmes posés : pourrait favoriser le TDAH (trouble et déficit de l'attention avec hyperactivité), peut déclencher allergies (rhinite), urticaire, œdème chez les personnes allergiques, génotoxicité potentielle d'après des études in vitro sur  lymphocytes humains (études controversées)
Mises en garde : à éviter surtout en cas de terrain allergique et chez l'enfant. Par précaution éviter en cas de prédisposition au cancer.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top