Les épices et les aromates

Par Lanutrition.fr Publié le 12/07/2010 Mis à jour le 06/02/2017
Les épices et aromates sont riches en composés phénoliques et en terpènesMettez les à l’honneur pour le goût et pour la santé

Qu’est ce que c’est ?

Les épices sont des substances aromatiques dont on se sert pour l’assaisonnement et les aromates d’origine végétale exhalent une odeur forte et agréable.

On a par exemple le curcuma, le gingembre, la cardamone et encore le galanga qui appartiennent à la famille des zingibéracées.

Le curcuma pour sa part est un ingrédient du curry.

Que trouve-t-on dans les épices et les aromates ?

Ils sont particulièrement riches en antioxydants

Ils renferment des composés de la famille des terpènes

A quoi servent-ils ?

Ils relèvent et parfument les plats permettant ainsi de limiter la consommation de sel.

Pourquoi les épices et les aromates sont-ils bon pour la santé ?


Ils préviennent les maladies et douleurs chroniques.

Très riches en antioxydants, leur consommation est associée à une diminution du risque de plusieurs maladies chroniques.

Ils contiennent des terpènes qui sont capable de « dialoguer » avec les cellules.

Ils sont :

  • Anti inflammatoires
  • anti infectieux
  • anti cancer (c’est le cas par exemple du romarin et du basilic chez les plantes aromatiques)
  • et beaucoup d’entre eux soulagent les douleurs articulaires
  • enfin, ce sont aussi des antioxydants qui peuvent contribuer à prévenir les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires.

Le curcuma est utilisé dans le traitement des troubles digestifs, en particulier ulcères de l’estomac. C’est un anti-inflammatoire préconisé dans l’arthrose. Il possède aussi des propriétés anti cancer.

Le gingembre est une racine au goût poivrée, efficace contre les nausées et les dyspepsies.

Il est aussi anti inflammatoire

Nos recommandations pour les épices et aromates

LaNutrition.fr vous conseille d’utiliser quotidiennement le curcuma et le gingembre.

Vous pouvez les utiliser chaque jour dans vos plats de poisson, de viandes, de légumes, mais aussi dans les soupes, les sauces, les salades, les desserts et les infusions.

Ils deviendront ainsi de véritables suppléments antioxydants et anti inflammatoires.

Comment consommer des épices et des aromates ?

Avec modération

    Pour le poivre, le, curry, les piments, le chili, le paprika, la harissa et le tabasco.

    En effet, en augmentant la perméabilité du tube digestif, ils laissent alors passer des fragments de protéines à l’origine d’intolérances.

    De plus, ils favorisent aussi les hémorroïdes et perturbent le retour veineux.

    Plusieurs fois par jour

      Pour l’ail, l’oignon, l’échalote, le persil, la coriandre, l’origan, l’aneth, la sarriette, le serpolet, la ciboulette, le basilic, romarin, sauge, thym, laurier, anis, badiane, menthe, moutarde, gingembre, curcuma, galanga, cannelle, vanille, cardamone, muscade, cumin, baies rose, clou de girofle, noix de muscade, safran…

      Conservez les au sec et à l’abri de l’air et de la lumière dans des récipients inertes (verre, métal)

        Préférez les épices et aromates biologiques

          Ceux issus de l’agriculture intensive renferment des taux élevés de pesticides, et sont irradiés à des fins de stérilisation avec comme conséquence des pertes importantes de nutriments come la vitamine C et les caroténoïdes.

          Chaque jour

          1 liliacée : oignon, ail, ciboulette

          1 lamiacée : thym, menthe, lavande, romarin, sauge, basilic

          1 zingibéracée : gingembre, curcuma, cardamome, galanga

          Chaque jour, si possible

          1 apiacée : Aneth

          1 ombellifère : coriandre, persil, cerfeuil, cumin

          1 pipéracée : poivre

          1 lauracée : cannelle, laurier-sauce

          1 anacardiacée : sumac

          3 fois par semaine au plus choisir

          1 olanacée : piment

          Composition de quelques épices et aromates

          Le romarin

            Cet aromate appartient à la famille des lamiacées.

            Il est riche en acide carnosique présent aussi dans la sauge, l’origan, le basilic, la sarriette.

            Il l’est aussi en acides phénoliques aux propriétés anti radicalaires (acides caféique, acide rosmarinique).

            C’est un puissant anti oxydant qui s’oppose au rancissement des graisses.

            Il améliore la circulation et renforce les vaisseaux sanguins grâce à des flavonoïdes comme la diosmine. Comme de nombreux aromates, il possède des propriétés anti cancer.

            Le romarin renferme comme le chardon-marie et l’artichaut un composé appelé sylimarine qui protège le foie des virus et possède des propriétés anti-tumorales.

            Le romarin stimule aussi la digestion : l’acide carnosique qu’il contient exerce une action sur les muscles lisses de l’appareil digestif.

            Et le romarin améliore la circulation et renforce les vaisseaux sanguins, grâce à des flavonoïdes comme la diosmine.

            L’acide carnosique (un diterpénoïde qu’on trouve dans la sauge, l’origan, le basilic, la sarriette) est un puissant antioxydant, qui s’oppose au rancissement des graisses par les radicaux libres. Le romarin, riche en acide carnosique, mais aussi en acides phénoliques aux propriétés anti-radicalaires (acide cafféique, acide rosmarinique) est déjà utilisé comme conservateur dans les industries agro-alimentaire et cosmétique.

            C’est une plante intéressante pour les diabétiques. Il en prévient les complications dues au glycation ; réaction pendant laquelle les sucres se « collent » à des protéines de l’organisme.

            En les dénaturants, il est à l’origine des principales complications du diabète

            Le curcuma et le gingembre

              De la famille des zingibéracées, ils possèdent des propriétés digestives, anti inflammatoires et anti cancer.

              Des évaluations poussées sont menées dans le traitement de l’arthrose et la prévention des poussées inflammatoires ou le cartilage semble se dégrader le plus.

              Mais d’autres maladies inflammatoires semblent être concernées comme l’emphysème et les broncho-pneumopathies.

              Le curcuma a démontré des propriétés intéressantes sur une variété de tumeurs. La curcumine, un des principes actifs du curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer et peut les conduire au suicide. Comme dans le cas du chou et du brocoli, elle stimule des enzymes qui piègent les substances cancérigènes de l’alimentation afin que l’organisme les élimine.

              Par ailleurs, la curcumine pourrait jouer un rôle dans le traitement des maladies auto-immunes dans la mesure où elle améliore expérimentalement la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde, le psoriasis et les maladies inflammatoires de l’intestin.

              Le gingembre atténue quand à lui les nausées liées à la grossesse.

              La sélection

              Publicité

              Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

              Découvrir la boutique logo Nutrivi

              A découvrir également

              Back to top