Les atouts santé du gombo

Par Dr Mounir Belkouch Publié le 13/02/2018 Mis à jour le 13/02/2018
Choisir ses aliments

Vanté par de nombreux nutritionnistes, le gombo constitue un aliment sain, de haute valeur nutritionnelle. Zoom sur ce légume aux multiples bienfaits.

Originaire d'Afrique, le gombo (Abelmoschus esculentus), est une espèce de plante tropicale à fleurs, proche de l'hibiscus, appartenant à la famille des Malvaceae et cultivée dans les régions tempérées tropicales et tempérées chaudes à travers le monde. C’est un légume peu connu qui se fait encore rare sur nos étalages en Occident. 
Le gombo – également connu sous le nom d’okra – est un légume à la texture collante du fait de sa richesse en mucilage. Mais c’est surtout un aliment aux vertus nutritionnelles et thérapeutiques intéressantes. En Inde et en Afrique, on s’en sert d’ailleurs traditionnellement à des fins médicinales.

Une bonne source de nutriments

Peu énergétique (22,4 calories/100 g), le gombo est un légume riche en eau. Il est très concentré en nutriments essentiels, en vitamines (A, C, B2, B3, B6 et B9, K), en fibres alimentaires solubles (40% au total) [1, 2, 3]. Il contient également des oligo-éléments et est source de minéraux à savoir le calcium, le potassium, le manganèse, le magnésium, le cuivre et le fer. 

Une aide pour le métabolisme des graisses

Le gombo est un légume qui présente une teneur intéressante en fibres. La nature de ces dernières lui permet de normaliser les taux de graisses dans le sang, c’est ce qui ressort notamment d’une étude clinique canadienne de 2005 impliquant 34 sujets hyperlipidémiques [4].
Aussi, selon une autre étude de 2014 parue dans Phytotherapy research, le gombo aurait un effet résolument bénéfique contre l’hypercholestérolémie et les dyslipidémies et favoriserait l’excrétion biliaire d’acides [5]. 
En manger régulièrement pourrait donc aider à améliorer la santé cardiovasculaire et à réduire le risque de certaines maladies comme l’athérosclérose.

Une contribution pour la digestion

Consommé cru, cuit et parfois sous forme déshydratée, le gombo est un légume source de fibres, ce qui lui permet d’assurer le bon fonctionnement de l’appareil digestif en facilitant le transit intestinal.
Il contribue aussi à réguler le transit intestinal en améliorant l’absorption de l’eau grâce à ses fibres sous forme de mucilage (un mucilage est une substance végétale constituée de polysaccharides, qui gonfle au contact de l’eau et produit une substance visqueuse semblable à la gélatine) en milieu aqueux [6]. Cette capacité d’absorption de l’eau va apporter une importante sensation de satiété et donc un effet coupe-faim qui est intéressant dans le contrôle du poids.
Pauvre en énergie, source de fibres, le gombo occupe donc une place de choix dans l’alimentation minceur. 

Intéressant contre certains cancers ?

En raison du taux de fibres qu’il contient, le gombo fait partie des aliments permettant de prévenir le cancer du côlon. En effet, les fibres réduisent le risque du cancer du côlon et du rectum et débarrassent les intestins de leurs toxines. Les antioxydants présents dans le gombo, notamment la quercétine, participent également à cette prévention en aidant à neutraliser les radicaux libres. 
Dans une étude scientifique française de 2010, parue dans Phytotherapy research, il a été constaté qu’une pectine extraite du gombo diminuait la prolifération de cellules cancéreuses de la peau notamment en stoppant le cycle cellulaire de ces cellules, ce qui induit leur apoptose (mort cellulaire) [7].
Une étude brésilienne parue en 2014 a permis d’identifier et de purifier une lectine du gombo, une protéine qui se lie spécifiquement et de façon réversible à certains glucides. Cette lectine présenterait, selon cette étude, une activité anticancer in vitro sur une souche de cellules cancéreuses humaines du sein (MCF7) [8].

Un allié des défenses de l’organisme

Grâce à sa forte teneur en antioxydants (polyphénols et flavonoïdes) [9-17] et sa teneur intéressante en vitamine C (16.3 mg/100 g), le gombo présente de potentielles propriétés anti-inflammatoires [18, 19]. Ses antioxydants aident à combattre l’excès de radicaux libres (espèces oxygénées réactives) responsable du vieillissement cellulaire, de maladies neurodégénératives, cardiovasculaires et de l’apparition de certains cancers.
Le gombo est composé d’une bonne quantité de vitamine C, réputée pour son pouvoir antioxydant et pour renforcer le système immunitaire en favorisant la formation de globules blancs dans l’organisme. 
Plusieurs études scientifiques ont d’ailleurs mis en évidence l’activité immuno-modulatrice du gombo [20, 21, 22].

Une arme anti-diabète

De multiples études montrent que le gombo peut aider à la prévention et au traitement du diabète [23, 24, 25]. Notamment, grâce à son taux intéressant de fibres. Plus précisément, le gombo contribue à réduire et à stabiliser la glycémie [5, 26].
En effet, une étude scientifique publiée en 2014 dans la revue Journal of Nutritional Biochemistry a montré que le gombo pouvait réduire les taux de glucose et de lipides sanguins dans un modèle de souris obèses [27].
Une étude de 2018 parue dans Cell journal, réalisée sur des rats obèses rendus diabétiques par de la streptozotocine, confirme également qu’une supplémentation de la diète en poudre de gombo, durant 30 jours, réduit significativement les taux de glucose, de cholestérol et de triglycérides sanguins. Ce traitement est également bénéfique pour atténuer les dommages du tissu pancréatique de ces rats diabétiques [28]. 
De manière intéressante des chercheurs chinois ont purifié une fraction polysaccharidique d'extrait aqueux de gousse d'okra contenant plus spécifiquement du rhamnogalacturonane. Ce dernier est un polysaccharide (sucre) pectique hautement complexe retrouvé dans la paroi primaire des végétaux mais dont on ignore largement les fonctions. Les auteurs de l’étude publiée dans Food Chemistry en 2018 ont monté que cette fraction purifiée de rhamnogalacturonane, à une dose de 200 mg/kg, exerce un effet hypoglycémique sur un groupe de souris rendus diabétiques par de la streptozotocine [29].

Dans le cadre d’une alimentation saine, le gombo pourrait donc s’avérer un choix utile pour régulariser les taux de lipides et de sucre. Le gombo s’intègre de plus facilement dans l’alimentation du diabétique.

Neuroprotecteur sous forme d’extrait

Des chercheurs ont découvert une activité « neuroprotectrice » de cette plante, ce qui pourrait mener à l’expérimentation de nouveaux traitements pour des maladies comme Alzheimer, la démence ou la maladie de Parkinson [30]. Une étude thaïlandaise parue en 2011, dans Neurochemistry International., a ainsi montré que le gombo inverse les déficits cognitifs (mémoire et apprentissage), in vitro, dans un modèle animal. Non seulement l’extrait de gombo inverse ces déficits cognitifs mais il protège également des changements morphologiques de neurones de l’hippocampe [31]. De manière concordante, le gombo améliorait la mémoire spatiale dans un modèle animal de déficit cognitif induit par la scopolamine [13].

Dans une autre étude scientifique, les chercheurs ont révélé que des polysaccharides du gombo permettraient notamment in vitro de stimuler des cellules dendritiques chez le rat [22]. Dans ces conditions, le gombo présenterait ainsi un énorme potentiel pour stimuler la mémoire et favoriser la survie neuronale.

Un inhibiteur de bactéries

Le gombo pourrait aussi aider à lutter contre les infections grâce à sa teneur en antioxydants, notamment en vitamine C [1, 32, 33]. Les résultats d’une étude menée sur des graines de gombo ont mis en évidence une activité antibactérienne face à plusieurs souches bactériennes : Salmonelles, Listeria qui sont la cause de sévères intoxications alimentaires et de problèmes digestifs [1]. 

Bénéfique pour la peau

Le gombo est traditionnellement utilisé en application sur la peau pour traiter le psoriasis, l'eczéma et d'autres affections de la peau. Cette plante aiderait aussi à retarder le processus de vieillissement cutané en raison de son pouvoir antioxydant et de ce fait, à maintenir une peau à l’aspect jeune et dynamique.

En résumé, grâce à ses nombreux atouts santé, le gombo constitue un légume très intéressant à utiliser en cuisine. Si vous n’étiez pas un amateur d’okra, ou si vous ne le connaissiez pas, voici d’excellentes raisons pour l’inviter plus souvent à votre table. Et une recette pour l’accommoder : Filets de dinde marinés citron-coco et gombos

IMPORTANT : L'ensemble des informations mentionnées dans cet article n'est donné qu'à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou praticien avant tout usage.

Dr. Mounir Belkouch (1), Ph.D. et Marina Devillierse (2)

(1) Laboratoire Génie Enzymatique et Cellulaire, FRE 3580 CNRS, Centre de recherche de Royallieu, Sorbonne Universités, Université de Technologie de Compiègne, CS 60319, 60203, Compiègne Cedex, France.  

(2) Diététicienne Nutritionniste - Responsable de section BTS DIETETIQUE PROGRESS SANTE  - 17 rue Louis Blanc 75010 Paris 

Références

[1] Petropoulos S, Fernandes Â, Barros L, Ciric A, Sokovic M, Ferreira ICFR. The chemical composition, nutritional value and antimicrobial properties of Abelmoschus esculentus seeds. Food Funct. 2017. 8(12):4733-4743. 
[2] Sami R, Lianzhou J, Yang L, Ma Y, Jing J. Evaluation of fatty acid and amino acid compositions in okra (Abelmoschus esculentus) grown in different geographical locations. Biomed Res Int. 2013. 2013:574283. 
[3] Jarret RL, Wang ML, Levy IJ. Seed oil and fatty acid content in okra (Abelmoschus esculentus) and related species. J Agric Food Chem. 2011. 59(8):4019-24.
[4] Jenkins DJ, Kendall CW, Marchie A, Faulkner DA, Wong JM, de Souza R, Emam A, Parker TL, Vidgen E, Trautwein EA, Lapsley KG, Josse RG, Leiter LA, Singer W, Connelly PW. Direct comparison of a dietary portfolio of cholesterol-lowering foods with a statin in hypercholesterolemic participants. Am J Clin Nutr. 2005. 81(2):380-7.
[5] Wang H, Chen G, Ren D, Yang ST. Hypolipidemic activity of okra is mediated through inhibition of lipogenesis and upregulation of cholesterol degradation. Phytother Res. 2014. 28(2):268-73. 
[6] Saravanan S, Pandikumar P, Pazhanivel N, Paulraj MG, Ignacimuthu S. Hepatoprotective role of Abelmoschus esculentus (Linn.) Moench., on carbon tetrachloride-induced liver injury. Toxicol Mech Methods. 2013. 23(7):528-536.
[7] Vayssade M, Sengkhamparn N, Verhoef R, Delaigue C, Goundiam O, Vigneron P, Voragen AG, Schols HA, Nagel MD. Antiproliferative and proapoptotic actions of okra pectin on B16F10 melanoma cells. Phytother Res. 2010. 24(7):982-989. 
[8] Monte LG, Santi-Gadelha T, Reis LB, Braganhol E, Prietsch RF, Dellagostin OA, E Lacerda RR, Gadelha CA, Conceição FR, Pinto LS. Lectin of Abelmoschus esculentus (okra) promotes selective antitumor effects in human breast cancer cells. Biotechnol Lett. 2014. 36(3):461-469. 
[9] Wang R, Liu Q, Wu Z, Wang M, Chen X. Target-guided isolation of polar antioxidants from Abelmoschus esculentus (L). Moench by high-speed counter-current chromatography method coupled with wavelength switching and extrusion elution mode. J Sep Sci. 2016. 39(20):3983-3989. 
[10] Patwardhan J, Bhatt P. Flavonoids Derived from Abelmoschus esculentus Attenuates UV-B Induced Cell Damage in Human Dermal Fibroblasts Through Nrf2-ARE Pathway. Pharmacogn Mag. 2016. 12(Suppl 2):S129-38. 
[11] Xia F, Zhong Y, Li M, Chang Q, Liao Y, Liu X, Pan R. Antioxidant and Anti-Fatigue Constituents of Okra. Nutrients. 2015. 7(10):8846-58.
[12] Lin Y, Lu MF, Liao HB, Li YX, Han W, Yuan K. Content determination of the flavonoids in the different parts and different species of Abelmoschus esculentus L. by reversed phase-high performance liquid chromatograph and colorimetric method. Pharmacogn Mag. 2014. 10(39):278-84.
[13] Doreddula SK, Bonam SR, Gaddam DP, Desu BS, Ramarao N, Pandy V. Phytochemical analysis, antioxidant, antistress, and nootropic activities of aqueous and methanolic seed extracts of ladies finger (Abelmoschus esculentus L.) in mice. ScientificWorldJournal. 2014. 2014:519848.
[14] Liao H, Dong W, Shi X, Liu H, Yuan K. Analysis and comparison of the active components and antioxidant activities of extracts from Abelmoschus esculentus L. Pharmacogn Mag. 2012. 8(30):156-61. 
[15] Tsumbu CN, Deby-Dupont G, Tits M, Angenot L, Frederich M, Kohnen S, Mouithys-Mickalad A, Serteyn D, Franck T. Polyphenol content and modulatory activities of some tropical dietary plant extracts on the oxidant activities of neutrophils and myeloperoxidase. 
[16] Adelakun OE, Oyelade OJ, Ade-Omowaye BI, Adeyemi IA, Van de Venter M. Chemical composition and the antioxidative properties of Nigerian Okra Seed (Abelmoschus esculentus Moench) Flour. Food Chem Toxicol. 2009. 47(6):1123-1126.
[17] Ansari NM, Houlihan L, Hussain B, Pieroni A. Antioxidant activity of five vegetables traditionally consumed by South-Asian migrants in Bradford, Yorkshire, UK. Phytother Res. 2005. 19(10):907-911.
[18] Freitas RS, do Val DR, Fernandes ME, et al. Lectin from Abelmoschus esculentus reduces zymosan-induced temporomandibular joint inflammatory hypernociception in rats via heme oxygenase-1 pathway integrity and tnf-α and il-1β suppression. Int Immunopharmacol. 2016. 38:313-23. 
[19] de Sousa Ferreira Soares G, Assreuy AM, de Almeida Gadelha CA, de Morais Gomes V, Delatorre P, da Conceição Simões R, Cavada BS, Leite JF, Nagano CS, Pinto NV, de Luna Freire Pessoa H, Santi-Gadelha T. Purification and biological activities of Abelmoschus esculentus seed lectin. Protein J. 2012. 31(8):674-680. 
[20] Chen H, Jiao H, Cheng Y, Xu K, Jia X, Shi Q, Guo S, Wang M, Du L, Wang F. In Vitro and In Vivo Immunomodulatory Activity of Okra (Abelmoschus esculentus L.) Polysaccharides. J Med Food. 2016. 19(3):253-265. 
[21] Zheng W, Zhao T2, Feng W3, Wang W3, Zou Y3, Zheng D3, Takase M2, Li Q1, Wu H1, Yang L4, Wu X5. Purification, characterization and immunomodulating activity of a polysaccharide from flowers of Abelmoschus esculentus. Carbohydr Polym. 2014. 106:335-42.
[22] Sheu SC, Lai MH. Composition analysis and immuno-modulatory effect of okra (Abelmoschus esculentus L.) extract. Food Chem. 2012. 134(4):1906-11.
[23] Huang CN, Wang CJ, Lin CL, Lin HT, Peng CH. The nutraceutical benefits of subfractions of Abelmoschus esculentus in treating type 2 diabetes mellitus. PLoS One. 2017. 12(12):e0189065.
[24] Mishra N, Kumar D, Rizvi SI. Protective Effect of Abelmoschus esculentus Against Alloxan-induced Diabetes in Wistar Strain Rats. J Diet Suppl. 2016. 13(6):634-646. 
[25] Sabitha V, Ramachandran S, Naveen KR, Panneerselvam K. Investigation of in vivo antioxidant property of Abelmoschus esculentus (L) moench. fruit seed and peel powders in streptozotocin-induced diabetic rats. J Ayurveda Integr Med. 2012. 3(4):188-93. 
[26] Khatun H, Rahman A, Biswas M, Islam AU. Water-soluble Fraction of Abelmoschus esculentus L Interacts with Glucose and Metformin Hydrochloride and Alters Their Absorption Kinetics after Coadministration in Rats. ISRN Pharm. 2011. 2011:260537. 
[27] Fan S, Zhang Y, Sun Q, Yu L, Li M, Zheng B, Wu X, Yang B, Li Y, Huang C. Extract of okra lowers blood glucose and serum lipids in high-fat diet-induced obese C57BL/6 mice. J Nutr Biochem. 2014. 25(7):702-709. 
[28] Erfani Majd N, Tabandeh MR, Shahriari A, Soleimani Z. Okra (Abelmoscus esculentus) Improved Islets Structure, and Down-Regulated PPARs Gene Expression in Pancreas of High-Fat Diet and Streptozotocin-Induced Diabetic Rats. Cell J. 2018. 20(1):31-40. 
[29] Liu J, Zhao Y, Wu Q, John A, Jiang Y, Yang J, Liu H, Yang B. Structure characterisation of polysaccharides in vegetable "okra" and evaluation of hypoglycemic activity. Food Chem. 2018. 242:211-216.
[30] Mairuae N, Connor JR, Lee SY, Cheepsunthorn P, Tongjaroenbuangam W. The effects of okra (Abelmoschus esculentus Linn.) on the cellular events associated with Alzheimer's disease in a stably expressed HFE neuroblastoma SH-SY5Y cell line. Neurosci Lett. 2015. 603:6-11. 
[31] Tongjaroenbuangam W, Ruksee N, Chantiratikul P, Pakdeenarong N, Kongbuntad W, Govitrapong P. Neuroprotective effects of quercetin, rutin and okra (Abelmoschus esculentus Linn.) in dexamethasone-treated mice. Int J Mol Sci. 2012. 13(1):628-50. Neurochem Int. 2011. 59(5):677-85.
[32] Messing J, Thöle C, Niehues M, Shevtsova A, Glocker E, Borén T, Hensel A. Antiadhesive properties of Abelmoschus esculentus (Okra) immature fruit extract against Helicobacter pylori adhesion. PLoS One. 2014. 9(1):e84836. 
[33] Mohammadi H, Kamkar A, Misaghi A. Nanocomposite films based on CMC, okra mucilage and ZnO nanoparticles: Physico mechanical and antibacterial properties. Carbohydr Polym. 2018. 181:351-357.
 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top