Maurice Rabache : "Evitez de manger des poissons prédateurs durant la grossesse"

Par Lanutrition.fr Publié le 19/12/2007 Mis à jour le 10/03/2017
On connaît les effets néfastes du mercure sur le développement neuronal du cerveau des fœtus. L’Afssa recommande aux femmes enceintes de ne pas abuser des poissons prédateurs qui contiennent plus de mercure que les autres.Maurice Rabache, éminent toxicologue au CNAM auteur de « Toxiques alimentaires » (Editon Poche, 2004) donne son avis sur ces recommandations.

Que pensez vous des recommandations de l’Afssa concernant la consommation de poisson des femmes durant leur grossesse ?

Je serais plus exigeant que l’Afssa. A mon avis, les femmes enceintes ne doivent pas réduire leur consommation de poissons prédateurs, elles doivent purement et simplement éviter d’en manger durant leur grossesse.

Pourquoi ?

Parce que le mercure se concentre et persiste dans les organismes à des taux de plus en plus élevés tout au long de la chaîne alimentaire. Et nous sommes en bout de chaîne ! Il y a une accumulation qui se fait tout au long de la vie : plus un organisme vit longtemps, plus il a de risques en fin de vie de posséder dans sa chair des taux de mercure très élevé. La raie, par exemple, peut vivre facilement 25 à 30 ans. Des prélèvements ont mis en évidence dans cette espèce des concentrations équivalentes à 1000, parfois 3000 mg de mercure par kilo de chaire poisson frais.

L’Afssa n’a-t-elle pas pris en compte ces valeurs extrêmes pour édicter ses recommandations ?

L’Afssa s’est basé sur des valeurs moyennes basses. A mon avis, il y a trop d’endroits pollués par le mercure pour que l’on puisse être assuré que l’on ne risque rien en mangeant certains poissons.

Quelles sont vos recommandations ?

Je conseillerais d’éviter les poissons prédateurs, les espèces dites « benthiques » (vivant sur les fonds marins) qui sont souvent prédatrices, et les espèces qui vivent longtemps. Il faut absolument éviter le thon, la raie, la baudroie ou lotte… car il est fréquent qu’ils contiennent plusieurs milligrammes de mercure dans leur chair. On peut en revanche se rabattre sans inquiétudes sur les poissons de surface comme les sardines, les maquereaux, le saumon…

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top