Comment les industriels veulent nous faire boire du lait

Par Lanutrition.fr Publié le 29/04/2009 Mis à jour le 21/11/2017
Les Français boudent les produits laitiers. Réaction des industriels du secteur qui cherchent à réhabiliter les laitages à grands coups de campagnes d’information et d’études « scientifiques ».

Suite à la diminution de la consommation de produits laitiers en France, le CERIN (CEntre de Recherche et d’Information Nutritionnelle), une émanation de l’industrie laitière, lance auprès des médecins une nouvelle campagne intitulée « Ma santé je lait’m ». Parallèlement, la société française de pédiatrie publie dans Archives de Pédiatrie, un éditorial sur le même thème.

 

Les Français, moins friands de produits laitiers

Le 12 février dernier, le Ministère de l’agriculture publiait les résultats de l’étude INCA (enquêtes Individuelles et Nationales sur les Consommations Alimentaires) menée en 2008. Par rapport aux résultats de 1998, la consommation de produits laitiers aurait reculée de 7% en 10 ans pour atteindre aujourd’hui 371 kilos par habitant.

Les Français boudent particulièrement le lait ( - 20%) et le beurre ( - 12%)  mais privilégient les yaourts et le fromage (+ 30%). Ces changements de comportement alimentaires concernent en particulier les enfants, les adolescentes et les femmes.

Selon cette étude, ce sont l’augmentation des prix et la recherche de produits « lights » (dont la fabrication nécessite moins de lait) qui sont principalement mises en cause dans ce constat. Mais les industriels accusent également des articles de presse et les livres qui remettent en cause l’intérêt des laitages pour la santé.

 

La réponse du CERIN

Le CERIN est une émanation du CNIEL, le Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière dont il constitue le département d’information santé.

Le CERIN a pour but d’informer les professionnels de santé et le grand public des relations entre l’alimentation et la santé, et surtout de faire la promotion dans ce cadre des laitages. Les membres de cet organisme sont des médecins, diététiciens, nutritionnistes ou encore des documentalistes qui développent des programmes de recherches et organisent des colloques pour fournir à leurs confrères des outils utilisables dans leur pratique quotidienne. Cette équipe pluridisciplinaire a également en charge la rédaction des revues Cholé-doc, Nutri-doc ou encore Alimentation et Précarité.

Pour tenter de remonter les ventes de produits laitiers, le CERIN a consacré son hors-série Nutri-Doc de mars 2009 aux produits laitiers. Au menu entre autres : un éditorial de la rédactrice en chef et diététicienne Brigitte Coudray sommant ses confrères diététiciens de suivre les recommandations de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et du Programme national nutrition santé (PNNS) quant à la consommation de produits laitiers : 3 à 4 portions par jour. Le livret de 8 pages contient également des articles sur le lien entre lait et os, la biodisponiblité du calcium ou encore les allergies, tous destinés à réhabiliter cet aliment. Ces articles sont signés de médecins ou de chercheurs dont la plupart ont des liens avec l’industrie.

En outre, le CERIN lance en partenariat avec le PNNS une nouvelle campagne de publicité « Ma santé je lait’m ». Ces affiches ou dépliants sont à destination des cabinets médicaux afin d’informer les patients et les praticiens puisque, selon une enquête réalisée en 2008, seulement la moitié d’entre eux connaît le PNNS. De plus, parmi eux, 1 sur 3 ne connaissent pas les recommandations officielles sur la consommation de 3 produits laitiers par jour.

 

La réponse des pédiatres

S’inquiétant des effets sur la santé que pourrait avoir cette chute de la consommation, le comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie a réagi en novembre 2008 en publiant un article dans le mensuel Archives de Pédiatrie.

Cet éditorial conclut « qu’aucun argument scientifique ne soutient la mise à l’index incompréhensible que subissent actuellement le lait de vache et les produits laitiers ».

Cet éditorial est systématiquement transmis par le CERIN à la presse comme une « preuve » de l’intérêt des laitages pour la santé. Selon l’enquête menée par LaNutrition.fr, les auteurs de cet article ont eux-mêmes des liens étroits et anciens avec l’industrie.

Et l’article des pédiatres a fait l’objet d’une réponse circonstanciée de Thierry Souccar, auteur de Lait, mensonges et propagande.

Les chiffres de consommation futurs diront si l’industrie laitière a réussi son objectif de faire consommer plus de laitages aux Français ou si ceux-ci continueront de se détourner d’un aliment qui n’est plus universellement paré de toutes les vertus.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top