Les hommes ont besoin de plus de viande rouge que les femmes. Vrai ou Faux ?

Par Lanutrition.fr Publié le 07/02/2016 Mis à jour le 20/02/2017
Faut-il manger plus de viande quand on est un homme ?  Ou est-ce plus intéressant nutritionnellement pour les femmes ? LaNutrition.fr vous répond.

La viande rouge apporte des protéines d’excellente qualité et du fer. Mais la viande n’est ni la seule source de protéines, ni celle de fer.

Les œufs, le poisson, les légumes à feuilles apportent d’excellente qualité. Les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs) aussi : 100 g de légumineuses apportent autant de protéines que 100 g de viande. Ces protéines sont souvent (mais pas toujours) adéquates du point de vue de leurs acides aminés, les protéines du soja étant très bien équilibrées en acides aminés.

Lire : Les aliments les plus riches en fer

Le fer de la viande rouge, que l’on appelle fer héminique, est très bien assimilé (20 à 25%) mais les végétaux eux aussi peuvent être une bonne source de fer, en particulier lorsqu'ils sont consommés avec la vitamine C. Seule une minorité de la population aurait besoin de consommer de la viande rouge régulièrement. Car il y a en France plus de personnes ayant trop de fer que de personnes qui en manquent.

Les hommes, et les femmes après 50 ans n’en manquent généralement pas, en éliminent peu et n'ont donc pas besoin de consommer beaucoup de viande rouge (seulement 2 à 5% des hommes, et 5% des femmes ménopausées présentent des taux bas de fer).

Dans l’étude dite du Val-de-Marne, les déficits concernent les enfants de moins de 2 ans (29%), les enfants de 2 à 6 ans (14%), les adolescentes (15%) et les femmes en âge de procréer (10%) car elles perdent du sang chaque mois. Dans l’étude SU.VI.MAX, 23% des femmes en âge de procréer présentent une déficience en fer. Ces besoins en fer peuvent certes être couverts par la viande rouge mais paradoxalement les femmes en consomment moins que les hommes ! La viande rouge pourrait donc être surtout un aliment de la femme qui manque de fer, entre adolescence et ménopause. Selon une étude britannique, les femmes qui évitent viande rouge et charcuteries (moins de 90 g/j) ont deux fois plus de risque de manquer de fer que celles qui en consomment le plus (plus de 140 g/j).

Cela dit, la viande rouge devrait être consommée avec modération, sauf si les besoins en fer sont très élevés. En effet plusieurs études épidémiologiques ont trouvé que les personnes qui consomment le plus de viande rouge ont un risque plus élevé de cancers, notamment digestifs. Le Fonds mondial de recherches sur le cancer conseille ainsi de ne pas manger plus de 500 g de viande rouge en moyenne par semaine (500 g de viande cuite correspondent à environ 700-750 g de viande crue).

Un excès de viande rouge est également lié à un risque accru de diabète et de maladies vasculaires.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top