Le sucre : l’alcool des enfants ?

Par Priscille Tremblais Publié le 10/10/2017 Mis à jour le 21/11/2017
Enquête

Dès le petit déjeuner, les enfants consomment souvent la moitié de leur quota de sucre quotidien. 

Considéré par beaucoup de nutritionnistes et agences de santé comme le repas le plus important de la journée, le petit déjeuner souffre souvent d’un manque de temps. Résultat : enfants et adultes se retrouvent souvent à avaler rapidement un verre de jus de fruits (ou un café sucré) accompagné de céréales du petit déjeuner dans un fond de lait. Or les céréales pour enfants contribuent à près de la moitié du quota maximum de sucre conseillé par l’Organisation mondiale de la santé.

8 à 18 g de sucre par bol de céréales

La portion-type conseillée par les industriels va de 30-35 g pour les enfants à 45-50 g pour les adolescents. Après expérimentation, nous avons retenu une dose moyenne de 40 g et mesuré les apports en sucre.
Résultats : les apports varient entre 8 et 17 g de sucre par portion de 40 g, soit 20 à 45% de sucre par portion. Parmi les marques qui en apportent le plus : Smacks de Kellogg’s (17,2 g), Miel Pop's de Kellogg’s (11,2 g), Lion de Nestlé (10,48 g), Nesquik de Nestlé (10,08 g). Le muesli avoine-chocolat de Bjorg se distingue par des valeurs modérées (4,16 g).

Les industriels s'étaient engagés à diminuer la quantité de sucre. Ils l'ont fait, mais le sucre est toujours très présent d'après l'Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV). Selon le CLCV, les céréales contiennent en moyenne 1,7 morceau de sucre pour une portion de 30 g.

Lire aussi : 81 % d’aliments ultra-transformés au rayon « diététique » et 100% des céréales pour enfants

(Source : www.clcv.org)

Ce que dit l’OMS

La recommandation actuelle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est de faire en sorte qu’un enfant (entre 2 et 18 ans) ne consomme pas plus de 100 calories chaque jour sous forme de sucre libre, soit 25 g. En France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation de l'environnement et du travail (Anses) a précisé suite à l'actualisation du programme national nutrition santé (PNNS) qu'il est important de limiter l'apport en sucre, et de privilégier les aliments à faible index glycémique. Or les céréales du petit déjeuner sont en général des aliments à IG élevé. 

Le sucre a le même effet sur le foie que l’alcool

Si l’OMS incite à limiter le sucre ce n’est pas que pour réduire le nombre d’obèses. C’est aussi parce que le sucre engraisse le cerveau et le foie, un peu à la manière de l’alcool, parce qu’il est composé à moitié de fructose (et de glucose pour l’autre moitié). Il apporte des calories mais aucun nutriment intéressant. Et sa part de fructose est métabolisée par le foie comme l’alcool. Consommé de manière régulière et à haute dose, « le fructose peut vous détruire le foie et engendrer les mêmes maladies (toutes les maladies !) que l’alcool » explique le Dr Robert Lustig dans Sucre l’amère vérité. Cette haute dose de sucre chronique accroît aussi considérablement le risque de diabète de type 2. 

Lire aussi : Ces aliments qui font de votre foie un « foie gras »

Que manger alors au petit déjeuner ?

Au rayon des céréales, pour la teneur en sucre, les flocons d’avoine sont indémodables et peuvent être sucrés avec des fruits secs ou une lichette de sirop d’érable ou de miel. Si vous voulez des céréales plus gourmandes pas trop sucrées, c’est le Muesli avoine chocolat de Bjorg qui est le plus intéressant avec environ 4,5 g par portion. Enfin, les céréales industrielles ne sont pas un passage obligé : on peut donner à un enfant une tranche de pain (si possible complet et au levain) avec un peu de confiture ou de miel, en s’assurant aussi qu’il avale des protéines.

Plus de petits déjeuners pauvres en sucre : 10 idées de petit déjeuner low carb

 

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top