Le café préserve les neurones

Par Marie-Céline Ray Publié le 10/10/2006 Mis à jour le 05/01/2021
Actualité

La caféine, ainsi que d’autres molécules présentes dans le café, aide à protéger la santé neuronale.

Pourquoi c’est important

Le café est l’une des boissons les plus bues au monde. Sa consommation régulière présente des bénéfices pour la santé : elle protégerait contre certains troubles chroniques comme les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, l’obésité, des problèmes hépatiques et certains cancers. Le café est antioxydant et anti-inflammatoire. Les personnes qui boivent du café ont aussi moins de risques de développer des maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson, de souffrir de dépression ou de faire un AVC.

Attention toutefois à la consommation excessive de café chez des personnes présentant des troubles cardiaques. Un excès de café a aussi des conséquences négatives sur le cœur, avec une augmentation de la tachycardie et de la pression artérielle.

Lire aussi : Le café renforce la mémoire

Le café protège les capacités cognitives du cerveau

En 2006, une étude autrichienne, présentée lors de la réunion annuelle de la société de radiologie d’Amérique du Nord, démontrait un effet positif de la caféine sur le cerveau (1). Ces résultats suggéraient que les hommes dans la force de l’âge pourraient également bénéficier des vertus du petit kawa.

Des chercheurs finlandais, italiens et néerlandais ont suivi 676 hommes en bonne santé pendant dix ans. La consommation quotidienne de café a été estimée (en nombre de tasses par jour) et le fonctionnement cognitif mesuré en utilisant le Mini-Mental State Examination. Ce test évalue l'orientation, l'attention, la mémoire à court terme, le langage écrit ou oral et fournit un score final, plaçant l'individu sur une échelle de 0 à 30.

L'exécution cognitive diminue naturellement avec l'âge, mais les résultats de cette étude prouvent que les hommes qui consomment régulièrement du café (3 tasses par jour) conservent mieux leurs capacités cognitives.

La recherche confirme donc le lien entre consommation de café et amélioration des fonctions cognitives. Voyons comment la composition du café peut l’expliquer.

Les effets neuroprotecteurs des molécules du café

En janvier 2021, des chercheurs polonais ont publié dans la revue International Journal of Molecular Sciences une synthèse des connaissances sur les effets neuroprotecteurs du café (2). Ils y détaillent les propriétés des différentes molécules du café.

La composition d’un café dépend de l’origine de ses grains et de la manière dont il a été torréfié et préparé. La boisson contient différentes molécules bioactives ayant un effet neuroprotecteur : des polyphénols (l’acide chlorogénique et l’acide caféique), des alcaloïdes (la caféine et la trigonelline), des diterpènes (le cafestol et le kahwéol).

De nombreuses recherches ont été publiées sur ces molécules. Nous pouvons retenir les points suivants :

  • La caféine est un psychostimulant. La consommation modérée de caféine réduit ainsi la fatigue et améliore l’état d’alerte. Elle réduit aussi le risque de maladie de Parkinson.
  • L’acide chlorogénique, présent à la fois dans le café décaféiné et caféiné, est anti-inflammatoire et neuroprotecteur. Un café riche en acide chlorogénique a aussi un effet positif sur l’humeur. L’acide chlorogénique améliore certaines fonctions cognitives, comme l’attention et la fonction exécutive.
  • L’acide caféique est antioxydant et anti-inflammatoire. Des études in vitro montrent qu’il protège les neurones. Chez l’animal, il empêche la mort neuronale.
  • La trigonelline est elle aussi antioxydante, anti-inflammatoire et anti-apoptotique (elle empêche la mort cellulaire).
  • Le kahwéol et le cafestol sont présents dans des cafés non-filtrés comme le café scandinave, turc ou l’espresso. Bien que ces deux molécules augmentent le cholestérol, elles ont aussi des effets bénéfiques, anti-inflammatoires et antioxydants, ce qui laisse penser qu’elles pourraient protéger les neurones.

En définitive, même le café décaféiné peut avoir un effet protecteur sur le cerveau, car la caféine n’est pas la seule molécule neuroprotectrice du café.

Lire aussi : Le café : comment le choisir et le préparer

Références
  1. Van Gelder BM : Coffee consumption is inversely associated with cognitive decline in elderly European men: the FINE Study. Eur J Clin Nutr. 2006 Aug 16.
  2. Socala et al. Neuroprotective Effects of Coffee Bioactive Compounds: A Review. Int. J. Mol. Sci. 2021.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top