Voici pourquoi les hommes devraient manger peu de produits laitiers

Par Lanutrition.fr Publié le 03/11/2016 Mis à jour le 10/03/2017
Actualité

Les hommes qui consomment beaucoup de lait entier auraient un risque plus élevé de mourir d'un cancer de la prostate. La consommation de produits laitiers est de son côté liée à un risque accru de ce cancer. 

Lait entier et mortalité par cancer de la prostate

Des chercheurs chinois ont publié une méta-analyse d’études portant sur la relation entre la consommation de produits laitiers et la mortalité par cancer. L’analyse porte sur 11 études de cohorte, soit plus de 778000 personnes.

Les résultats montrent que la consommation totale de produits laitiers n’est pas associée à un risque global de mortalité par cancer : elle n’augmente pas ce risque, mais ne le diminue pas non plus. Cependant, une consommation plus élevée de lait entier est liée à un risque significativement accru de mortalité par cancer de la prostate : ce risque est augmenté de 50% pour un homme qui boirait 1 verre et demi ou un bol et demi de lait entier par rapport à un homme qui n’en boirait pas. L'étude est publiée dans Nutrition Journal.

Rappelons qu’il s’agit d’une méta-analyse d’études d’observation, qui ne permettent pas de conclure à une relation de cause à effet.

Risque de cancer de la prostate et produits laitiers

En 2015, une méta-analyse initiée par le Fonds mondial de recherche sur le cancer (WCRF), portant sur 32 études de cohorte a conclu que la consommation de produits laitiers dans leur ensemble est liée à un risque de cancer augmenté de 7% pour chaque portion de 400 grammes par jour. Pour le lait, l’augmentation du risque est de 3% pour chaque portion de 200 grammes, ce risque augmentant de 6% pour le lait écrémé ou demi-écrémé. Pour le fromage, le risque augmenterait de 9% par portion quotidienne de 50 grammes.

Lire : Comment le lait pourrait augmenter le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes, avec près d’un million de nouveaux cas chaque année dans le monde, soit 14% des cas de cancer. Les études montrent que l’incidence de ce cancer est 70 fois plus élevée en Europe du Nord, Amérique du Nord, Australie, Nouvelle-Zélande où l’on consomme de grandes quantités de produits laitiers, par rapport à certaines régions d’Asie et d’Afrique où l’on n’en consomme pas ou peu.

A la suite du rapport du WCRF, les experts de cet organisme ont jugé que les preuves liant le risque de cancer à la consommation totale de produits laitiers montrent un "risque significativement accru pour une consommation de 400 grammes par jour."

D’autres études ont trouvé qu’après un diagnostic de cancer de la prostate, le pronostic est plus sombre pour les hommes qui consomment le plus de graisses animales.

L'avis de LaNutrition : Les produits laitiers ne sont pas indispensables, mais ils peuvent faire partie d'une alimentation équilibrée, à condition d'en manger peu : depuis 2006, LaNutrition.fr recommande 0 à 1, voire 2 portions maximum de produits laitiers par jour. Pourquoi en manger peu ? Parce qu'ils apportent des hormones et des facteurs de croissance, et qu'ils augmentent aussi le niveau de facteurs de croissance dans l'organisme, comme l'IGF-1, associé à un risque accru de cancer. Les hormones (surtout estrogènes et progestérone) sont présentes dans la fraction grasse du lait. Les produits laitiers bio, de petits ruminants (chèvre, brebis) sont certainement préférables à ceux issus de vaches laitières génétiquement sélectionnées pour produire toujours plus.

Lire aussi : Sans lait, 101 recettes saines et gourmandes, de Rabia Combet et Thierry Souccar

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top