Tout savoir sur la pomme

5 articles
Dossier
pommes_rouges.jpg
C'est le fruit préféré des Français. Retrouvez tout ce qu'il y a à savoir sur la pomme et ses bénéfices santé dans ce dossier

Sommaire

1
Petite histoire de la pomme
2
Les différentes variétés de pommes
3
La pomme dans nos assiettes
4
La pomme en pratique
5
Les atouts santé de la pomme
1 Petite histoire de la pomme

Quand et comment les pommes sont-elles arrivées dans nos vergers ?

Par test test Publié le 27/02/2008 Mis à jour le 12/12/2017

 

Il y a 80 millions d'années, le pommier apparaît sur Terre probablement dans une région qui va depuis le Caucase jusqu'aux monts Tian Shan en bordure de la Chine, où survivent toujours des colonies de Malus sieversii, l'un des ancêtres sauvages probables des espèces cultivées de pommiers et pommetiers. A la fin du Tertiaire, début du Quaternaire, il y a environ 1,6 millions d’années, la pomme profite d'une accalmie entre deux périodes glaciaires pour gagner l'Europe centrale dans les baluchons de l'homme du néolithique des plateaux d'Anatolie. Des empreintes de feuilles de pommier sauvage ont, en effet, été découvertes dans des roches quaternaires, non loin de Marseille.

Au néolithique, des vestiges de pommes ont été retrouvés dans les villages lacustres néolithiques de Suisse ou d'Italie du Nord.

Environ 8 000 ans avant notre ère, l'espèce dont nous consommons aujourd'hui les fruits, un hybride qui ne pousse pas spontanément à l'état sauvage, croisement entre le prunier et la reine-des-prés dont on retrouve, pour chacun, des chromosomes dans le patrimoine génétique du pommier, commence à être diffusé par les marchands et les voyageurs des routes primitives créées pour les besoins du commerce. Des vestiges de pommes datant de plusieurs milliers d’années ont été retrouvés lors de fouilles effectuées à Jéricho, dans la vallée du Jourdain.

Il y a 3000 ans, la pomme était déjà largement consommée par les Chinois. Vers 1250 ans avant J. -C., le pommier figure parmi les arbres que fait planter le pharaon Ramses II dans son jardin du Delta (1301/1235 avant J.C.).

Les Romains excellent dans sa culture. Ils diffusent le pommier dans tout l'Empire, y compris dans les îles Britanniques. Au premier siècle de notre ère, on connaît désormais une trentaine de variétés. Après la chute de l’Empire Romain (486), de nombreuses connaissances sur les pommes sont perdues ainsi que de nombreuses variétés que l’on cultivait.

Au Moyen-Age, les moines ont préservé des Romains un peu de savoir, et cultivent des arbres fruitiers dans leurs monastères. Les pommes, bon marché, sont très appréciées en soupes. Elles servent de support aux pommades, d’ou l’expression se pommader. En effet, la pulpe de la pomme est réduite en purée et étalée sur les plaies afin de cicatriser plus vite. Par la suite les riches Italiennes l’ont mélangé à l’axonge, et se sont rendues compte que cette « pommata » était un soin dermatologique hors norme. Le mot à évolué avec le temps et sa signification s’est élargit, mais pommade vient bien du mot pomme. Charlemagne (768/814) en temps que « fermier » fort avisé qui tient à la bonne exploitation de ses terres, ordonne qu’il y ait dans chaque métairie, des pommiers de différentes espèces pour que l’on fabrique du cidre.

En 1080 : le terme « pomme » apparaît dans la langue française, dans la célèbre Chanson de Roland. Il vient du latin populaire poma, mot qui signifie « fruit » et qui a remplacé le malum du latin classique. Ce dernier terme, dont le sens est « mal, mauvais », rend compte des mythes qui abondent dans bon nombre de cultures qui voyaient la pomme comme un symbole de débauche.

Au XVIe siècle : on dénombre 100 variétés rien qu'en France quand l’une d’entre elle devient célèbre, celle de Guillaume Tell. Il refusa de saluer le chapeau ducal placé au haut d’une perche sur la place publique d’Altdorf en Suisse par le bailli d’Albert premier, empereur germanique. Le gouverneur le fit arrêter et le condamna à traverser d’une flèche une pomme placée sur la tête de son jeune fils. Epreuve terrible dont Guillaume Tell sortit vainqueur.

Sous Henri IV, on cultive de nombreuses variétés qu'on consommait sans restriction, sauf durant la période de Noël. Louis XIV (1638/1715) chargea l’agronome Jean de la Quintinie d’établir les plans de son potager à Versailles, jardin quasi scientifique et très esthétique, les pommiers étaient conduits en cordons, espaliers ou en quenouilles. Au XIXe siècle : un pépiniériste français offre plus de 500 variétés de pommes dans son catalogue.

A l'heure actuelle, il en existe plusieurs milliers, mais le choix du marché tourne autour d'une trentaine de variétés différentes, progressivement sélectionnées pour leurs qualités gustatives, leur résistance, leur rendement, et leur aptitude au transport... A noter que l'on trouve encore régionalement des variétés plus fragiles ou plus rares, consommées à l'échelon local.

2 Les différentes variétés de pommes

Quelles sont les différentes variétés de pommes ?

Par test test Publié le 27/02/2008 Mis à jour le 12/12/2017

Aujourd'hui, on compte quelques milliers de variétés à travers le monde, alors que 90 % de la production mondiale ne provient que d'une dizaine d’entre elles seulement. Certains parlent de 20 000 variétés de pommes; d'autres, pomologues entre autres, après compilation de 14 bases de données à travers le monde, en ont répertorié 11 324 variétés du genre Malus, type « domestica ».

Au fil des siècles, l'homme les a cultivées et sélectionnées. Ainsi, aujourd'hui, on distingue les variétés mieux adaptées à la consommation en frais (dites aussi « au couteau » ou « à croquer »), à la cuisson, ou encore à la fabrication du jus et du cidre. Les fruits de certaines variétés ne se conservent que quelques jours tandis que d'autres passent l'hiver sans problème. Il existe, en outre, des variétés dont le fruit se sèche bien et d'autres dont le fruit convient mieux à la congélation.

La belle de Boskoop

Originaire de Boskoop en Hollande, elle naquit d'un semis chanceux en 1856. Il en existe de nombreuses variantes : Boskoop rouge, jaune ou verte. Cette pomme rustique, ferme, acidulée et parfumée est disponible de novembre à fin février. Synonymes : Reinette de Montfort, Goldreinette, Reinette de Montreuse.

La Braeburn

Variété de pomme très répandue, née en 1950 d'un semis chanceux (peut-être d'un pépin de Lady Hamil) sur la colline de Braeburn située à 100 km à l'ouest de Wellington en Nouvelle-Zélande où elle représente aujourd'hui 40% de la production nationale de pommes. Avec environ 10% de parts de marché, c'est la quatrième pomme la plus vendue en France après la Golden Delicious, la pomme Gala et la Granny Smith. Chaque arbre produit ses fruits en abondance et rapidement. Facile à cultiver, elle se conserve bien et son goût acidulé renoue avec les anciennes variétés classiques. Ses saveurs subtiles rendent ses principaux concurrents (Red Delicious et Golden Delicious) un peu fade, en comparaison. Elle est disponible d'avril à octobre.

La Calville blanc d'hiver

Variété de pomme très ancienne, déjà cultivée par le Lectier, procureur de Louis XIII en 1628. Elle est toujours aujourd'hui une des variétés préférées des amateurs de pommes. Elle est grosse, de couleur jaune, conique et côtelée. Sa chair est blanche. Avec son léger goût de banane, elle est excellente en variété à croquer aussi bien qu'en compote. De plus, elle contient autant de vitamine C qu'une orange. Elle a de nombreux synonymes tels que : « Calville blanc », « Blanche de Zurich », « Admirable blanche », « Calvine » ou « Taponne ».

La Reinette Clochard

Aussi appelée Rochelle, Clocharde, Pomme Clocharde ou Reinette de Parthenay, cette pomme à couteau est ferme, juteuse et sucrée, plutôt tardive et de longue conservation. Elle a une forme légèrement aplatie et une peau rugueuse. Elle devient d'un beau jaune soutenu tacheté de petits points bruns lorsqu'elle est mûre. Elle se conserve très bien jusqu'en février. Elle peut encore se consommer en mars, mais se ride de plus en plus, et devient pâteuse. Née à Secondigny, c'est une variété assez répandue en Charente et en Vendée.

La Elstar

(ou Lustre Elstar) Cultivar de pomme développé aux Pays-Bas dans les années 1950. Il s'agit d'un croisement entre Golden Delicious et Ingrid Marie. Il a l'avantage d'être un des plus rapides à arriver à maturité et les fruits de l'année peuvent donc être commercialisés dès le mois d'août. C’est une pomme ronde de taille moyenne rouge à taches jaunes. La chair est blanche, sucrée et croquante, ce qui en fait une excellente pomme à couteau. Elle tient aussi très bien à la cuisson et fait de très bonne compote. Elle est mature de fin août à octobre et peut se conserver assez longtemps.

La Fuji

Originaire du Japon, la Fuji est une variété de pomme rouge très sucrée, riche en jus et à la texture ferme et croquante. Elle est issue du croisement des variétés Ralls Genet et Red Delicious réalisé au Japon en 1939 puis exporté en 1962. Son nom n'a rien à voir avec le Mont Fuji mais provient du nom de la ville où cette variété de pomme a été cultivée et élaborée en premier lieu : Fujisaki, circonscription de la Préfecture d'Aomori, au Nord du Japon.

La Golden delicious

Pomme jaune très populaire dans le monde entier. En France, c'est la pomme la plus cultivée puisqu'elle représente plus d'un tiers de la production nationale. Communément appelée « la golden », son succès vient de sa capacité à répondre au goût des consommateurs, aux exigences de la production et du commerce moderne. Les gastronomes lui reproche souvent son manque de goût et sa forte teneur en eau.

La Granny-Smith

Cultivar de pomme très populaire apparu en Australie en 1868 suite à un « semis chanceux » réalisé par une vieille dame, Marie Ana (Granny pour Grand-mère) Smith. En France, c'est la troisième pomme la plus cultivée (après Golden delicious et Gala) avec 10% de la production nationale. Les Granny-Smith sont de taille moyenne, de couleur « vert pomme », certaines ont des reflets roses. Elles ont un goût assez acidulé, sont très fermes, croquantes, juteuses, excellentes à cuire ou à croquer. À peau assez épaisse, elles sont aussi appréciées en salade car la chair ne brunit pas aussi vite que les autres variétés.

La Pink Lady

Pomme à croquer, assez ferme à la dent, et très sucrée avec une coloration rose typique. Il s'agit en fait d'une sélection des meilleures pommes de la variété Cripps Pink vendue sous la marque déposée « Pink Lady ».

La Cripps Pink

Cultivar très courant dans l'hémisphère Nord. Il a été créé par John Cripps, « Chief Executive Officier of the Departement of Agriculture Western Australia » de l'Apple and Pear Australia Limited basée à Stoneville en Australie en 1979, par croisement entre la pomme Lady Williams et la pomme Golden delicious. La Cripps Pink est inscrite au catalogue français des variétés depuis 1995 et est également protégée par le dépôt d’un COV3 européen (Certificat d'obtention végétale) depuis 1997.

La Reinette étoilée

Pomme à croquer de taille moyenne. Sa chair est blanche rosé (acidulée). Sa maturité est en novembre et se conserve jusqu'en mars. Simple d'entretien, elle est bien adaptée à la culture en écoverger. Elle a pour synonymes : Calville étoilée, Reinette rouge étoilée, Belle étoilée.

La Reine des reinettes

Variété de pomme relativement ancienne, dont la maturité intervient en fin d'été - début d'automne. L’INRA d’Angers a obtenu, vers 1975, un mutant caractérisé par une coloration plus intense et une maturité précoce. Son nom est Belrène. Le fruit est jaune strié de rouge. Sa chair jaune pâle, fine juteuse, croquante et acidulée est très agréable à croquer. C'est une variété particulièrement indiquée pour les tartes, en particulier pour les tartes tatins.

La reinette du Canada

Cultivar de pommier domestique originaire d'Angleterre où elle apparut vers 1800 sous le nom de « Golden russet ». La pomme rustique est de couleur jaune terne. Elle est mature vers la mi-octobre et se conserve très bien. La Reinette grise du Canada est comparable mais à peau couleur cannelle. Elle se conserve moins longtemps que la Canada Blanc.

La Transparente de Croncels

(aussi appelée Pomme de Croncels, Glasapfel) Variété de pomme diploïde obtenue par Charles Baltet à Troyes en 1869 (Croncels est un faubourg de Troyes). Sa peau de couleur jaune mat virant au blanc et recouverte de nombreux points gris clairs, donne une impression de transparence. La pomme, de bonne taille, a une chair blanc-jaunâtre, peu croquante, à gros grains, légèrement acidulée avec un arôme assez fin. Elle peut être utilisée en pomme à couteau dès la récolte mais est une pomme à cuire idéale.

L'Avrolles

Variété de pomme rouge originaire d'Avrolles, commune de l'Yonne. Elle est traditionnellement utilisée pour la fabrication du cidre dans le pays de l'Othe où elle est très répandue. L'Avrolles est aussi présente en Normandie où les parfums qu’elle développe sont très appréciés dans la préparation du cidre et du Calvados.

La Red Delicious

(ou la « délicieuse rouge ») Cultivar de pomme comptant parmi les plus cultivés au monde. La pomme est rouge, avec des rayures rouges foncé, et cinq « points » dans la partie inférieure. La « Red Delicious », comme de nombreux autres cultivars de fruit, est issue d'un semis chanceux. La légende dit qu'un semis particulièrement robuste fut trouvé par un certain Jesse Hiatt en 1868, un agriculteur vivant près de Peru, Iowa, aux USA. Hiatt tenta d'éliminer ce plant, mais il repoussait chaque année, et finalement Hiatt le laissa pousser, jusqu'à ce qu'il donne des fruits qu'il exposa au concours de Louisiana dans le Missouri. Il gagna le premier prix. Toutes les pommes « Red Delicious » sont des descendantes de cet arbre. La « Red Delicious » s'appelait initialement simplement la « Delicious » mais quand la Golden Delicious fut découverte en 1914, on lui ajouta l'adjectif « Red ». Les amateurs de pommes considèrent souvent cette variété comme étant sans intérêt. Ils critiquent sa saveur trop douce, et relativement peu raffinée par rapport à d'autres.

La Bondon

Son époque de consommation varie de la deuxième semaine de décembre à la fin mars. Cette pomme est plutôt répandue dans l'Indre. Fruit moyen à assez gros, tronconique allongé, un peu bosselé en son pourtour. L’épiderme est jaune paille, sa chair est blanche, légèrement jaunâtre, croquante, juteuse, sucrée, parfumée et un peu acidulée.

La Gala

Pomme rouge issue du croisement entre la Kidd's Orange Red et la Golden delicious. La variété a été créée en Nouvelle-Zélande dans les années 1920 par le pépiniériste J.H. Kidd. Elle est disponible de septembre à mai. En France, c'est la deuxième pomme la plus cultivée (après la Golden delicious) puisque les Galas et ses variantes représentent près de 17% de la production nationale. Les pommes Gala sont plutôt petites. Rouge orangé à rayures verticales, elles résistent bien aux chocs malgré leur peau très fine. La Gala est une pomme très sucrée, faiblement acide avec une petite pointe d’amertume; ferme et juteuse, très croquante, la gala est tonique.

3 La pomme dans nos assiettes

Qui consomme des pommes ? Où sont-elles cultivées ? Quelques repères chiffrés.

Par test test Publié le 27/02/2008 Mis à jour le 12/12/2017

En France, la pomme reste à la mode. La pomme est le premier fruit consommé, en volume, par les Français : 1 fruit sur 5 achetés est une pomme. En moyenne, un foyer français consomme 16 kg de pomme par an.

8 millions de tonnes de pommes sont produites chaque année en Europe, dont 1,5 million de tonnes en France (à destination du frais, hors transformation). La production mondiale se concentre à 90 % sur une dizaine de variétés de pommes, mais les plus produites sont : les Golden, les Gala et les Granny Smith. Près de cent variétés de pommes sont produites en France, mais seulement une trentaine en très grande quantité. Contrairement à ce qu'on pourrait croire ce n'est pas dans le Limousin que se concentre le gros de la production mais dans la vallée du Tarn et de la Garonne (19%).

(Source : Interfel)

4 La pomme en pratique

Comment choisir, cuisiner et conserver les pommes pour en retirer le maximum de plaisir et de bénéfices santé ?

Par test test Publié le 27/02/2008 Mis à jour le 12/12/2017

Comment choisir ses pommes ?

Il faut déjà la choisir en fonction de ses goûts et de la manière dont on veut la consommer (crue, en compote, cuite, en jus, salée). Le fruit doit être bien ferme avec une peau lisse, sans meurtrissure et non piquée. Si on peut en acheter toute l’année, c’est à l’automne que les pommes sont les meilleures, car pour la majorité des variétés, elles ont mûri dans l’arbre. À noter que si les fruits issus de l'agriculture biologique sont souvent moins attrayants, leurs défauts cosmétiques n'entament en rien leur qualité.

Comment cuisiner les pommes ?

A croquer à pleine dents (et à mâcher longtemps)

Bien sûr, la pomme ne prévient pas la carie dentaire. C’est une idée reçue ! Avec sa teneur élevée en sucre naturel, la pomme ne peut pas prévenir la carie et pourrait même, quand on en mange beaucoup, en être à l'origine ! Cependant, croquée crue, elle fournit un massage bénéfique des gencives et protège contre les maladies parodontales (gingivite, parodontite). La pomme, ferme et croquante doit être soigneusement mâchée. Cela accroît son effet coupe-faim grâce à des secrétions digestives abondantes.

A manger avec la peau

Les polyphénols, puissants antioxydants, contribuent à la coloration des pommes. C’est pour cela qu’on les trouve pour moitié dans la peau et dans la pulpe la jouxtant. Le pouvoir antioxydant de la pelure de la pomme est de deux à six fois plus élevé que celui de la chair. De plus, la pomme est la bien pourvue en vitamine C, dans la partie externe de la pulpe et plus encore dans la peau, puisque celle-ci renferme 4 à 5 fois plus de cette vitamine énergétique que le reste du fruit. Mieux vaut donc croquer la pomme sans la peler, en ayant simplement pris soin de la laver.

Sinon, en jus ou cuite

Le jus de pomme ne contiendrait que 3 % du pouvoir antioxydant du fruit frais. Par contre, le jus de pomme et la purée de pomme sont riches en manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques et protège des dommages causés par les radicaux libres. Par ailleurs, le jus de pomme contient aussi trois fois plus de sorbitol qu’une pomme fraîche (125 ml jus en contient 1,3 g et une pomme en contient 0,4 g) et environ la même quantité de fructose (le jus en contient 7,1 g et la pomme 8,2 g). Or, ces deux types de sucre peuvent occasionner des malaises gastro-intestinaux (ballonnements, gaz, diarrhée) chez les personnes sensibles. La cuisson des pommes provoque une destruction vitaminique partielle, de l'ordre de 25 à 30% pour une cuisson de la pomme au four. Mais comment résister à une tarte Tatin ?!

Comment conserver les pommes ?

A l’abri de la lumière et de la chaleur

Quelques jours à l’air libre et toujours à l’abri de la lumière pour éviter la photo-oxydation de la vitamine C. On relève environ 15% de perte en vitamine C dans une pomme, après plusieurs semaines en atmosphère neutre et à température contrôlée. Ensuite pour une plus longue conservation, la pomme peut être gardée dans le bac du réfrigérateur ou tout simplement dans un endroit noir, frais et bien aéré entre 0 et 4 °C. Dans une pièce surchauffée, les pommes continuent de mûrir et finissent par perdre une partie de leur saveur.

Dans un sac de plastique perforé

Une pomme contient plus de 85 % d’eau, ce qui, en plus de rafraîchir et de désaltérer, apporte de multiples minéraux et oligo-éléments, et en particulier du potassium. Autant conserver cette eau dans le fruit ! En mettant les pommes dans un sac de plastique perforé, on empêche ainsi la détérioration des fruits et son assèchement, on ralentit le processus de maturation et on leur conserve tout leur croquant.

De même, pour des stocks de pommes dans une cave, il est recommandé de les recouvrir d'une pellicule de plastique perforée qui aide à conserver l'humidité.

Congelées mais préparées

Fraîches, elles doivent être fermes, lavées, pelées, le coeur retiré, tranchées puis déposées dans un sac pour congélateur.Certains types de pommes comme la Cortland ont moins tendance à brunir.

Par contre, cuite en morceaux ou en compote, elles se congèlent très bien

Déshydratées, au four ou à l’air libre

Pour sécher des pommes, il faut enlever le coeur, les peler, puis les couper en rondelles, les arroser de jus de citron et mettre au déshydrateur ou dans un four réglé à très basse température pendant 6 à 8 heures. On peut également enfiler les rondelles sur une ficelle et les suspendre pour les faire sécher à l'air, pendant plusieurs semaines.

Avec quoi l'accompagner ?

La pomme se marie avec énormément d'aliments salés : charcuteries, volailles et poissons, fromages, crudités et salades variées. Elle accompagne aussi à merveille les noix et oléagineux (en salades salées ou sucrées). On la mange traditionnellement avec du boudin (noir ou blanc). Elle se prête bien aux compotes (avec du coing notamment) et aux tartes. Voici quelques idées de recettes :

5 Les atouts santé de la pomme

Quelles sont les vertus santé de la pomme ?

Par test test Publié le 27/02/2008 Mis à jour le 12/12/2017

La pomme doit principalement ses vertus santé d'une part aux fibres qu'elle contient et d'autre part à ses antioxydants, nombreux, parmi lesquels la quercétine.

Les fibres sont abondantes dans la pomme : elles atteignent en moyenne 2,1 g aux 100 g dans le fruit épluché (et 3 à 3,7 g dans le fruit avec la peau). Elles sont composées pour une grande part de matières pectiques solubles (pectines, protopectines, acide pectine...), de cellulose et d'hémicelluloses (concentrées dans la peau), et de lignines qui forment les parties dures du fruit (dans la zone centrale du coeur).

La pomme contient par ailleurs une grande variété d’antioxydants dont beaucoup font partie de la famille des flavonoïdes : les procyanidines, la catéchine, l’épicatéchine, et surtout la quercétine.

Des antioxydants qui luttent contre le cancer

La consommation de pomme fraîche a été associée à un risque moindre de cancer selon une étude italienne de 2005. Manger 1 pomme de taille moyenne par jour ou plus réduisait ainsi le risque de cancer du pharynx de 18% et du larynx de 41%, de cancer colorectal de 30%, de cancer du sein de 24%. D'autres études épidémiologiques ont trouvé par la suite des résultats similaires.

Des chercheurs de l’Université de Cornell (Etats-Unis) ont mis en évidence que le potentiel antioxydant contenu dans 100 g de pomme non pelée serait équivalent à 1500 mg de vitamine C. Or ces composés antioxydants, combinés entre eux – flavonoïdes et polyphénols – et ajoutés aux bienfaits de la vitamine C, réduisent de manière significative la croissance d’au moins deux types de cellules cancéreuses : celle du foie et du côlon.

Le chercheur B. Stavric l’explique : « Il semble qu’un grand nombre des effets biologiques de la quercétine et d’autres flavonoïdes puisse être expliqué par leur activité antioxydante et leur capacité à détruire les radicaux libres. La fonction antioxydante de la quercétine est renforcée par la vitamine C. Ce renforcement est attribué à la capacité de la vitamine C à réduire la quercétine oxydée et à celle de la quercétine d’inhiber la photooxydation de la vitamine C. Des effets bénéfiques encore plus puissants de la quercétine comme destructeur de radicaux libres et/ou comme inhibiteur de la péroxydation lipidique ont été observés en association avec la vitamine E et la vitamine C. »[2]

Les résultat d’une étude menée auprès de 77 000 femmes et 47 000 hommes sont formels [3] : la consommation de fruits et légumes diminuerait de 21 % du risque de développer un cancer du poumon chez les femmes. La pomme fait partie du très petit nombre de fruits et légumes que les chercheurs ont pu associer à une diminution significative du risque de cancer du poumon. Le rôle de la quercétine y serait prépondérant[4].

Des pommes pour mieux respirer

Moins d’asthme et moins d’affections des voies respiratoires, en mangeant régulièrement des pommes : les études qui l’ont prouvé sont nombreuses. Cet effet pourrait être obtenu à partir d’une consommation de deux pommes par semaine [5] mais ne serait pas uniquement lié au contenu en antioxydants de la pomme [6]. La consommation moyenne de pommes a été significativement associée à une amélioration de la capacité respiratoire, même chez les fumeurs. L’expiration par seconde des sujets consommant 1 pomme par semaine serait de 44.5 ml supérieure par rapport aux non consommateurs et atteindrait un niveau de 138 ml pour ceux consommant 5 pommes ou plus par semaine.

C’est le résultat de l’action anti-inflammatoire de la quercétine. Elle inhibe la formation des médiateurs de l’inflammation : les prostaglandines et les leucotriènes, en même temps que la libération de l’histamine. Or cette activité est particulièrement intéressante dans le cas de l’asthme, puisque le leucotriène B4 est un puissant constricteur bronchique. Autre propriété bénéfique de la quercétine dans le traitement de l’asthme et des allergies : son action comme antihistaminique. La quercétine est un puissant inhibiteur de la libération de l’histamine par les basophiles et les mastocytes, la substance qui initie démangeaisons, éternuements, ou enflures dans une réaction allergique. Même à faibles niveaux, la quercétine, à la différence de la plupart des substances antiallergiques, inhibe fortement et efficacement la libération de l’histamine au premier et au second stade de sa libération par les basophiles.

Des effets contre les maladies cardiovasculaires

La plupart des études épidémiologiques publiées à ce jour ont conclu que les personnes qui mangent de grandes quantités de quercétine et d’autres flavonoïdes présents dans la pomme ont un risque de maladie coronarienne réduit de 68, voire 73 % par rapport à celles qui en mangent peu. La pomme renferme de la pectine, une fibre soluble capable de réduire les niveaux de graisses dans le sang. La consommation de pomme a été inversement associée de manière forte à la mortalité cardiovasculaire et totale [7, 8]

La quercétine combat les maladies cardiovasculaires sur plusieurs fronts. Tout d’abord, son action antithrombotique aide à prévenir l’état de pré-coagulation avec lequel débutent les maladies cardiovasculaires et les principaux accidents cardiovasculaires. La quercétine a une remarquable capacité à prévenir la formation de thrombus (masse sanguine coagulée) et à disperser les thrombus déjà formés dans les vaisseaux sanguins. Un thrombus est une agrégation de plaquettes, de fibrine et d’autres facteurs sanguins fréquemment responsables d’obstruction des vaisseaux sanguins. A faible concentration, la quercétine réduit les dépôts de thrombus sur le collagène baigné dans la circulation sanguine. La quercétine exerce ses effets antithrombotiques en se liant de façon sélective aux plaquettes des thrombus dans les parois des vaisseaux sanguins et en restaurant une synthèse normale des facteurs décontractant dérivés de l’endothélium et de la prostacycline [9]. Cette dernière inhibe l’agrégation plaquettaire et est un puissant vasodilatateur.

La quercétine combat aussi les maladies cardiovasculaires par l’inhibition de la prolifération et de la migration des cellules musculaires lisses qui tapissent les artères coronaires. Au cours de la formation des lésions athérosclérotiques, les cellules musculaires lisses qui tapissent les artères coronaires se multiplient et commencent à migrer à l’intérieur de ces vaisseaux. Lorsque des cellules musculaires humaines aortiques sont exposées à de la quercétine, cette action est inhibée de façon dosedépendante.[10]

Des effets hypotenseurs de la quercétine entre aussi dans la lutte des maladies cardiovasculaires.Des chercheurs espagnols ont évalué les effets antihypertenseurs de la quercétine sur un modèle animal d’hypertension essentielle [11]. Ils ont observé que 10 mg/kg de quercétine donnés par voie orale à des rats spontanément hypertendus pendant cinq semaines réduisaient la pression systolique de 18 %, la pression diastolique de 23 % et la pression sanguine artérielle moyenne de 21 %. La quercétine avait également diminué l’hypertrophie cardiaque et rénale qui fait suite à l’hypertension et peut conduire à une insuffisance cardiaque et rénale si elle n’est pas contrôlée.

Mais selon des recherches plus récentes, l'effet de la pomme sur le coeur pourrait aussi être lié à son action sur le microbiote intestinal [12]. Son effet prébiotique pourrait ainsi se révéler un marqueur important de la diminution du risque cardiovasculaire, et les métabolites dérivés du microbiote participer à cet effet. Les polyphénols de la pomme, selon des études in vitro et chez l'animal, pourraient modifier le profil du microbiote et jouer un rôle dans la perméabilité intestinale, l'absorption des graisses, le métabolisme des acides billiaires et l'inflammation systémique. Une petite étude d'intervention a trouvé que la consommation de pommes (2 par jour pendant 2 semaines) permettait de modifier la flore intestinale en augmentant les bonnes bactéries (bifidobactéries) et en réduisant les moins bonnes (entérobactéries et clostridia) [13].

Un aide-minceur

La consommation d'aliments riches en fibres est encouragée pour maintenir son poids de forme comme pour mincir. Une petite étude brésilienne a évalué les effets de la consommation de pommes sur le poids chez des 49 femmes en surpoids [14]. Les participantes ont été divisées en trois groupes consommant la même quantité de calories et de fibres (dans le cadre d'un régime hypocalorique modéré). La seule variable qui les différenciait était un aliment préférentiel : un groupe mangeait 300 g de pommes, un autre 300 g de poires et un autre 60 g de biscuits à l'avoine chaque jour pendant les 10 semaines de l'étude. Résultats : l'addition des pommes a permis une perte de poids de 1,32 kg supplémentaire par rapport aux autres groupes.

Références

[1] Gallus S, Talamini R, Giacosa A, Montella M, Ramazzotti V, Franceschi S, Negri E, La Vecchia C. Does an apple a day keep the oncologist away? Ann Oncol. 2005;16:1841–4.

[2] Stavric B. Quercetin in our diet : from potent mutagen to probable anticarcinogen. Clin Biochem 27, 1994 ; 45-48.)

[3] Feskanich D, Ziegler RG, Michaud DS et al. Prospective study of fruit and vegetable consumption and risk of lung cancer among men and women. J Natl Cancer Inst. 2000;92:1812-1823.

[4] Le Marchand L, Murphy SP, Hankin JH et al. Intake of flavonoids and lung cancer. J Natl Cancer Inst. 2000;92:154-160.

[5] Shaheen SO, Sterne JA, Thompson RL et al. Dietary antioxidants and asthma in adults: population-based case-control study. Am J Respir Crit Care Med. 2001;164:1823-1828.

[6] Woods RK, Walters EH, Raven JM et al. Food and nutrient intakes and asthma risk in young adults. Am J Clin Nutr. 2003;78:414-421.

[7] Knekt P., Kumpulainen J., Jarvinen R., Rissanen H., Heliovaara M., Reunanen A., Hakulinen T., Aromaa A. Flavonoid intake and risk of chronic diseases. Am. J. Clin. Nutr. 2002;76:560–568.

[8] Mink P.J., Scrafford C.G., Barraj L.M., Harnack L., Hong C.P., Nettleton J.A., Jacobs D.R. Flavonoid intake and cardiovascular disease mortality: A prospective study in postmenopausal women. Am. J. Clin. Nutr. 2007;85:895–909

[9] Tzeng S.H. et al. Inhibition of platelet aggregation by some flavonoids. Thromb Res 1991 Oct 1 ; 64(1) : 91-100.

[10] Alcocer F. et al. Quercetin inhibits human vascular smooth muscle cell proliferation and migration. Surgery 2002 ; 131 : 198-204

[11] Duarte J. et al. Antihypertensive effects of the flavonoid quercetin in spontaneously hypertensive rats. Br J Pharmacol 2001 ; 133 : 198-204.

[12] Athanasios Koutsos, Kieran M. Tuohy and Julie A. Lovegrove : Apples and Cardiovascular Health—Is the Gut Microbiota a Core Consideration? Nutrients. 2015 Jun; 7(6): 3959–3998.

[13] Shinohara K., Ohashi Y., Kawasumi K., Terada A., Fujisawa T. Effect of apple intake on fecal microbiota and metabolites in humans. Anaerobe. 2010;16:510–515. doi: 10.1016/j.anaerobe.2010.03.005.

[14] Conceição de Oliveira M, Sichieri R, Moura A. Weight loss associated with a daily intake of three apples or three pears among overweight women. Nutrition. 2003;19:253–6.

La sélection

Publicité

Les meilleurs livres et compléments alimentaires sélectionnés pour vous par NUTRIVI, la boutique de la nutrition.

Découvrir la boutique logo Nutrivi

A découvrir également

Back to top